International
URL courte
4470
S'abonner

La Grèce estime que la proposition des créanciers concernant des réformes dans le secteur public du pays est inacceptable.

Le gouvernement grec a rejeté une contre-proposition des créanciers, selon l'agence d'information du parti au pouvoir Syriza. Athènes estime que la proposition visant le secteur public grec, est inacceptable. Cette dernière concerne l'annulation des privilèges des habitants des îles et la suppression des allègements fiscaux pour l'agriculture.

Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, s'est entretenu, dans l'après-midi, sur ce sujet avec Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, et Christine Lagarde, directrice du Fond monétaire international.

Rappelons que pour éviter le défaut de paiement, la Grèce avait reçu des prêts internationaux en 2010 et 2012. Les prévisions des créanciers selon lesquelles la politique d'austérité aiderait le pays à rembourser sa dette de 240 milliards d'euros, ne se sont pas confirmées.

Lire aussi:

Crise grecque: l'UE propose 35 milliards à Athènes
Grèce : Une lueur d'espoir d'un accord signé d'ici la fin de la semaine
Grèce: une réunion de l'Eurogroupe s'achève sans accord ni décision
Sommet UE/Grèce: le point de non-retour va-t-il être atteint?
Grèce: des exigences irréalistes selon l'Allemagne
Tags:
défaut de paiement, Fonds monétaire international (FMI), Banque centrale européenne (BCE), Union européenne (UE), Alexis Tsipras, Grèce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook