International
URL courte
9664
S'abonner

Mercredi, le groupe français avait déjà cédé sa participation de 25% dans le projet gazier géant Chtokman dans l'Arctique russe.

Le géant pétrolier français Total a suspendu sa participation à un projet d'exploration et d'exploitation de pétrole difficile d'accès en partenariat avec le russe Lukoil.

Lukoil rachètera à Total les trois licences d'exploitation de pétrole difficile d'accès du gisement de Bazhenov, en Sibérie occidentale, et poursuivra le projet seul, a annoncé le PDG du groupe pétrolier russe Vaguit Alekperov.

"Nous sommes arrivés à la conclusion selon laquelle le groupe Lukoil continuera la réalisation du projet en solo", a-t-il fait savoir, en précisant que la compagnie française pourrait se joindre au projet après la levée des sanctions.

Jacques de Boisséson, directeur général de Total E&P Russie et représentant général de Total en Russie, a confirmé dans une interview accordée au journal Kommersant que le groupe chercherait à renouveler sa coopération avec Lukoil une fois les sanctions annulées.

En 2014, le groupe Total a créé une joint-venture avec Lukoil dans l'objectif d'exploiter les ressources potentielles en pétrole de schiste de la formation de Bazhenov. Le français a acquis trois permis d'exploration de Lyaminskiy 3, Vostochno-Kovenskiy et Tashinskiy. Les deux partenaires comptaient investir entre 120 et 150 millions de dollars dans le projet.

Pendant l'été 2014, l'Occident a décrété les sanctions interdisant aux compagnies étrangères de participer à l'exploration du pétrole de schiste en Russie, ce qui a freiné la réalisation du projet conjoint en question. Une source proche de la situation a indiqué à Kommersant que formellement, les hydrocarbures de la formation de Bazhenov n'étaient pas qualifiés de pétrole de schiste, mais que néanmoins, le travail des groupes étrangers y était interdit.

"Les parties veulent conserver les licences. Etant donné que seul Lukoil a le droit de travailler là, il est donc logique que le groupe rachète les permis. Pourtant, sur le papier, la joint-venture continuera son existence (…). Par la suite les permis pourraient être revendus au groupe Total", a fait savoir la même source au journal russe.

Il s'agit du deuxième projet russe auquel total renonce en deux jours. Mercredi, le géant énergétique a cédé à Gazprom sa participation de 25% dans le projet gazier géant Chtokman dans l'Arctique russe, gelé depuis près de deux ans. Le groupe a alors fait savoir que "le schéma technique de développement ne donnait pas une rentabilité acceptable".

 

Lire aussi:

Total travaillera en Russie malgré les sanctions
Total et Gazprom conçoivent de nouveaux projets en Bolivie
Total maintient ses projets en Russie
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
accord, pétrole, pétrole de schiste, sanctions, Total, Lukoil, Sibérie, Europe, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook