Ecoutez Radio Sputnik
    Des combattants du groupe terroriste Etat islamique

    Syrie: l’Etat islamique repasse à l’offensive, et reprend Kobané

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    2214
    S'abonner

    Les combattants du groupe terroriste Etat islamique (EI) ont lancé dans la nuit de mercredi à jeudi une offensive contre plusieurs villes syriennes, dont Kobané et Hassaké.

    Près de 15 personnes ont péri suite aux affrontements et aux explosions à Kobané, 70 ont été blessées. On ignore pour l'heure le nombre exact de victimes.

    Les terroristes ont utilisé des voitures piégées lors de l'offensive contre la ville, qui avait été sous le contrôle de l'Etat islamique pendant six mois avant d'être libérée par les groupes armés kurdes en janvier 2015. Selon l'agence presse officielle syrienne Sana, les combattants de Daech sont venus dans la ville depuis la frontière avec la Turquie, ce que démentent les autorités turques.

    Les terroristes ont également renouvelé leurs tentatives de s'emparer de la ville de Hassaké, centre administratif de la province éponyme et ville stratégique du nord-est du pays. Actuellement la ville est majoritairement contrôlée par les forces armées syriennes et kurdes.

    Selon Redur Xelil, porte-parole de la milice kurde, les djihadistes ont attaqué les sites de déploiement des forces armées gouvernementales. Certains quartiers de la ville sont tombés sous contrôle des terroristes. Les combats se poursuivent dans le sud de la ville.

    Les combattants de l'EI ont lancé une offensive peu après leur défaite face à l'armée kurde dans la province de Raqqa, où ils ont perdu deux villes stratégiques.

     

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Etat islamique: mort du principal chef recruteur
    L'Etat islamique met en circulation sa propre monnaie
    Etat islamique: Europol souhaite bloquer les comptes liés à Daech sur internet
    Tags:
    guerre, terrorisme, Etat islamique, Syrie, émeutes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik