International
URL courte
4626
S'abonner

Les récentes déclarations de l'ayatollah Ali Khamenei concernant le programme nucléaire iranien ne contribuent pas à la recherche d'un compromis international sur ce sujet, estime le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Auparavant, le guide suprême de l'Iran cité par la télévision locale a exclu le gel prolongé du programme nucléaire de Téhéran et toute inspection de ses sites militaires, avant de réclamer la levée des sanctions occidentales dès la signature de l'accord.

Le chef de la diplomatie française a exprimé ses préoccupations quant aux exigences de l'ayatollah à l'issue d'un entretien à Paris avec son homologue saoudien, Adel Ben Ahmed Al Jubair.

"La France souhaite un accord, mais un accord robuste (…). Un certain nombre de déclarations ont été faites qui ne semblent pas aller dans ce sens", a indiqué M.Fabius.

Il a rappelé les attentes "fermes" de la France en matière notamment de limitations des capacités de production et de "vérifications de l'ensemble des sites".

"Soit on lève très rapidement les sanctions en partie ou on les lève totalement avec la garantie de pouvoir les rétablir", a expliqué le ministre.

L'Iran et les six médiateurs internationaux sur son programme nucléaire (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Chine, Russie et Allemagne) se sont mis d'accord en avril dernier sur un cadre-temps et ont fixé au 30 juin l'échéance pour atteindre un accord final, après avoir dépassé deux précédentes échéances en juin et en novembre 2014.

L'objectif de l'accord consiste à s'assurer que le programme nucléaire iranien reste le plus longtemps possible exclusivement civil en échange d'une levée des sanctions internationales qui entravent le développement économique de ce pays avec une population de 75 millions d'habitants.

Lire aussi:

Fabius: l'Iran peut accéder au nucléaire civil mais pas à la bombe atomique
Paris met en échec la signature d'un accord nucléaire avec l'Iran
L'accord nucléaire avec l'Iran sera-t-il retardé?
Nucléaire iranien: Washington n'exclut pas l'option militaire
Tags:
accord, Six médiateurs internationaux, programme nucléaire iranien, sanctions, ayatollah Ali Khamenei, Laurent Fabius, Iran, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik