International
URL courte
0 08
S'abonner

Ban Ki-moon appelle les autorités burundaises à "reporter les élections" prévues à partir de lundi, en raison de la situation tendue dans le pays.

"Le secrétaire général de l'Onu est profondément préoccupé par le climat politique et sécuritaire au Burundi et demande aux autorités du pays de reporter les élections afin de créer un environnement propice à la tenue d'élections inclusives, pacifiques et transparentes", a indiqué le porte-parole de Ban Ki-moon dans son communiqué.

L'appel du secrétaire général de l'Onu intervient après que l'ensemble de l'opposition burundaise a annoncé, vendredi, le boycott de toutes les élections prévues dans le pays, estimant que les conditions n'étaient pas réunies pour leur tenue après plusieurs semaines de protestations et de débordements secouant le pays.

Depuis l'annonce, fin avril, de la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat présidentiel, les explosions de grenades se multiplient à l'approche des législatives du 29 juin et de la présidentielle du 15 juillet.

Cette semaine, quatre personnes ont été tuées et une trentaine blessées dans la nuit de 21 à 22 avril dans une nouvelle série d'attaques à la grenade. Onze policiers avaient déjà été blessés dans la nuit de 19 à 20 juin dans plusieurs attaques à la grenade à Bujumbura et, le 18 juin, une grenade avait blessé trois ouvriers d'un chantier, également dans la capitale.

Dénonçant "l'impasse politique au Burundi", les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE) ont menacé lundi, pour la première fois, de sanctions ciblées les responsables "d'actes de violences et de répression" ou ceux qui y "entraveraient la recherche d'une solution politique".

Le dialogue est au point mort entre le camp présidentiel et ses adversaires, opposition et société civile, qui estiment que la Constitution et l'Accord d'Arusha — ayant ouvert la voie à la fin de la guerre civile (300.000 morts entre 1993-2006) — interdisent à M. Nkurunziza de briguer un nouveau mandat.

"Toutes ces attaques à la grenade sont liées les unes aux autres", a assuré le haut-gradé de la police, mettant en cause les "opposants au 3e mandat" qui tentent "d'empêcher les élections".

Lire aussi:

En état de guerre permanente
Burundi: les pays des Grands lacs appellent à reporter les élections
Burundi: plus de 105.000 personnes quittent le pays
«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Tags:
élections, ONU, Pierre Nkurunziza, Ban Ki-moon, Burundi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook