International
URL courte
La lutte contre Daech (229)
2012
S'abonner

Les Etats-Unis reprennent leur assistance militaire au Bahreïn, suspendue il y a quatre ans sur fond de violations des droits de l'homme dans ce pays, Washington insistant sur son alliance avec Manama dans la lutte contre le terrorisme, notamment contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Washington a décidé de renouveler son assistance militaire au Bahreïn après quatre ans d'interruption, les Etats-Unis ne laissant que rarement les droits de l’homme venir troubler leur commerce des armes, a indiqué mardi Wathek Al-Hashimi, chef du groupe irakien d'études stratégiques. 

"La Maison Blanche prétend que Manama fait de grands progrès en matière de respect des droits de l'homme, bien que l'opposition bahreïnie et les ONG internationales affirment le contraire", a déclaré l'expert à Sputnik. 

Et d'expliquer que les Etats-Unis avaient peur de perdre un allié sûr dans la région. 

"Aussi, Washington ne fait-il pas trop attention aux rapports de Human Rights Watch (HRW)", a relevé M.Al-Hashimi. 

Quoi qu'il en soit, il ne s'agit pas, selon ce dernier, d'une assistance militaire désintéressée des Etats-Unis au Bahreïn, mais d'une source de revenus supplémentaires pour le budget américain. En outre, Washington veut sécuriser sa base militaire dans le royaume. 

Par ailleurs, en reprenant ses livraisons d'armes au Bahreïn, Washington donne pratiquement son "feu vert" aux autorités du royaume pour réprimer de plus belle l'opposition. 

En effet, tout en accusant la Russie de soutenir le président syrien Bachar el-Assad en lui livrant des armes, les Etats-Unis sont en train d’armer le gouvernement de Bahreïn, qui opprime la minorité chiite. Au moment même où l’administration Obama fait campagne contre Assad, elle continue de soutenir l’autocratie du Bahreïn et son principal soutien autocrate, l’Arabie Saoudite. 

"Les Etats-Unis étalent leur hypocrisie. Washington dénonce l’armement de la Syrie par la Russie tout en armant le Bahreïn", constatait récemment Forbes. 

Le Bahreïn, comme la plupart des Etats du Golfe, est essentiellement une dictature monarchique. Une royauté sunnite manipule le système à l’avantage de la population sunnite minoritaire. La population chiite est défavorisée et réprimée. L’année dernière, les chiites se sont soulevés et ont subi une répression brutale des dirigeants de Manama qui ont fait une démonstration de force. Des manifestants pacifiques ont été attaqués et il y a eu de nombreux morts. Beaucoup ont été arrêtés, y compris des médecins qui soignaient des manifestants blessés.

Une enquête indépendante sur les droits de l’homme a révélé que la torture était une "pratique systématique" au Bahreïn.

Le Bahreïn n’est pas le seul exemple de collaboration des Etats-Unis avec un régime violant massivement les droits de l'homme. Washington échange des armes américaines contre du cash saoudien malgré les violations par Riyad des droits de l’homme.

Dossier:
La lutte contre Daech (229)

Lire aussi:

Bahreïn: l'Onu condamne l'usage excessif de la force contre l'opposition
Bahreïn: un tribunal militaire reprend le procès contre l'opposition (médias)
Bahreïn: Moscou prône le dialogue entre gouvernement et opposition
Tags:
Human Rights Watch (HRW), Wathek Al-Hashimi, Arabie Saoudite, États-Unis, Bahreïn
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook