Ecoutez Radio Sputnik
    Région de Donetsk (archives)

    Ukraine: Brzezinski milite en faveur d’une livraison d'armes

    © REUTERS / Oleksandr Klymenko
    International
    URL courte
    Livraison d'armes à l'Ukraine (65)
    19669

    Il faut livrer des armes à Kiev et garantir à la Russie que l'Ukraine n'adhérera jamais à l'Otan, estime l'analyste politique et ancien responsable américain, Zbigniew Brzezinski, persuadé que cette formule permettrait de régler le conflit en Ukraine.

    L'Occident doit livrer des armes à l'Ukraine pour qu'elle puisse défendre ses grandes villes, mais assurer à la Russie que l'Ukraine ne sera pas admise dans l'Otan.

    Cette formule est proposée par Zbigniew Brzezinski, ex-conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis de 1977 à 1981, pour régler le conflit ukrainien. Selon la radio Deutsche Welle, l'ancien conseiller du président Jimmy Carter a fait cette proposition dans une interview au magazine Spiegel Online.

    "Il serait judicieux de livrer des armes défensives à l'Ukraine afin qu'elle puisse protéger ses grandes villes. Je pense notamment aux mortiers et aux armes antichars. L'Ukraine doit pouvoir choisir librement son identité politique. Dans le même temps, il faut assurer à la Russie que l'Ukraine ne sera pas admise dans l'Otan. Telle est la formule pour régler le conflit", a déclaré M. Brzezinski.

    D'après lui, la Russie et les Etats-Unis sont depuis longtemps en état de guerre froide, mais il est peu probable que cette dernière dégénère en conflit armé. L'auteur du Grand Echiquier estime cependant que la nouvelle guerre froide ne durera pas longtemps, car dans le monde actuel, les événements évoluent beaucoup plus vite qu'autrefois.

    Dossier:
    Livraison d'armes à l'Ukraine (65)

    Lire aussi:

    Les préceptes de Zbigniew Brzezinski ne vieillissent pas
    Brzezinski: Trois voies pour la Russie en Ukraine
    Daech est vaincu, mais pas ce qui l’a enfanté
    Tags:
    adhésion, livraisons, OTAN, Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik