International
URL courte
261043
S'abonner

Critiquant les médias russes, comme RT et Sputnik, les Etats-Unis intervertissent le mensonge et la vérité, en créant pour son public une "fausse réalité" où la Russie "a attaqué" l'Ukraine, estime l'analyste américain Paul Craig Roberts.

Récemment, le journal bruxellois EUobserver a accusé les médias russes, notamment l'agence Sputnik et la chaîne RT, de faire de "la propagande russe" et des "discours de haine depuis leurs bureaux installés dans des villes européennes", ce qui a provoqué une certaine indignation de la part de l'économiste et journaliste américain, Paul Craig Roberts.

"Je suis un hôte fréquent à RT et à Sputnik. A mon avis, au contraire, ces deux medias sont trop réservés dans leurs reportages visant à dévoiler toute la vérité (…). Et je n'y ai jamais entendu aucun mot de propagande ou de haine", a déclaré M.Roberts.

Selon l'analyste, les medias occidentaux créent leur propre réalité pour la population qui est facilement endoctrinable aux Etats-Unis et dans la majorité des pays européens.

"Un grand nombre de ces personnes insouciantes croient que la Russie a agressé l'Ukraine et qu'elle menace les pays baltes et la Pologne. Cette acceptation a lieu malgré les rapports de tous les services de renseignement occidentaux sur l'absence d'armements russes suffisant pour une éventuelle agression", indique Paul Craig Roberts.

Toujours selon lui, la croyance en "l'agression russe " ressemble à celle en "l'arme de destruction massive de Saddam Hussein et sa connexion avec Al-Qaïda", ou en "l'utilisation par Assad, en Syrie, d'armes chimiques contre son propre peuple" et en "la bombe nucléaire iranienne". Tout cela n'a jamais existé mais est devenu réel dans les médias occidentaux, ajoute l'expert.

Pour contrer ce que l'UE qualifie de "propagande russe", la Commission européenne va mettre en place un "plan d'action" médiatique qui impliquerait notamment "la promotion des politiques de l'Union européenne" dans les anciens pays soviétiques. Le groupe s'appellera "East StartComTeam" et sera lancé en septembre prochain.

Ce plan montre à l'évidence la volonté officielle de l'Union européenne de peser sur les médias et la manière dont ils présentent les faits.

"L'Union européenne essaye d'étouffer la voix alternative de RT de toutes ses forces, alors qu'il existe en Europe des centaines de journaux, de chaînes de télévision et de radios, qui reprennent d'une seule voix tout ce qui se passe dans le monde", a souligné la rédactrice en chef de RT, Margarita Simonian.

Néanmoins, le nombre de personnes qui veulent connaitre la vérité et comprendre ce qui influence leur vie, augmente chaque jour.

Même Edward Lucas, rédacteur au magazine The Economist, un des plus impitoyables critiques de RT, reconnaît que la popularité de la chaîne est due à la nécessité d'une vision différente de celle donnée par les médias occidentaux.

"Pourquoi les gens regardent-ils RT avec une telle avidité? Parce qu'ils pensent que les médias de masse ne leur disent pas la vérité et ils en ont marre de l'élite politique dans nos pays", a fait remarquer M.Lucas.

Lire aussi:

La chaîne RT indignée par les appels à boycotter ses journalistes
Allemagne: une chaîne de TV mise à l'index pour avoir diffusé une émission russe
L'Allemagne prête à imposer des sanctions contre la Russie (médias)
Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Tags:
chaîne de télévision russe RT, propagande, EUobserver, Sputnik, Union européenne (UE), Edward Lucas, Margarita Simonian, Paul Craig Roberts, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook