International
URL courte
7145
S'abonner

La France, l'Irak et l'Ukraine figurent au palmarès des pays les plus dangereux pour les journalistes, selon l'ONG Presse Emblème Campagne (PEC).

Au moins 71 journalistes sont morts en mission dans le monde entier au premier semestre 2015, soit 7% de plus que pendant la même période en 2014, indique un rapport de la Presse Emblème Campagne (PEC), organisation indépendante basée à Genève, qui s'occupe de la protection des journalistes dans les zones de conflit.

Au moins 40 journalistes ont été tués en France, au Yémen, en Syrie, en Libye, en Irak et en Ukraine dans des attaques terroristes ou lors de la couverture de conflits. Trente journalistes ont été victimes de crimes de droit commun commis hors des zones de combat.

Ces six derniers mois, le nombre de journalistes morts en reportage au Proche-Orient et en Afrique du nord a atteint 23 personnes. Dix-sept journalistes ont été tués en Amérique latine et 13 en Europe.

Au palmarès des pays les plus dangereux figurent l'Irak et la France, où des terroristes ont abattu au début de l'année des membres de la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo. Huit journalistes ont été tués dans chacun de ces pays. L'Ukraine arrive en troisième position avec quatre journalistes tués.

Le rapport ne cite pas un seul journaliste mort en mission en Russie.

Lire aussi:

Ukraine: situation dangereuse pour les journalistes et les opposants
Un politologue ukrainien appelle à tuer des journalistes russes dans le Donbass
Les médias ukrainiens accusent Kiev de terroriser les journalistes
Tags:
journalisme, combat, reportage, Afrique du Nord, Proche-Orient, Ukraine, Irak, France, décès
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik