International
URL courte
11229
S'abonner

Une victoire du "non" au référendum de dimanche affaiblira considérablement la position de la Grèce aux tractations sur sa dette, selon Jean-Claude Juncker.

La position de la Grèce sera "considérablement affaiblie" si le "non" l'emporte lors du référendum prévu dimanche sur les propositions des créanciers internationaux, a déclaré vendredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

"Si les Grecs votent non, la position grecque sera considérablement affaiblie", a déclaré M. Juncker devant la presse à Luxembourg, relevant que même en cas de victoire du +oui+, "nous serons confrontés à de difficiles négociations".

Les créanciers internationaux de la Grèce (UE, FMI, et BCE) insistent sur l'annulation du taux d'imposition préférentiel pour les îles grecques, l'augmentation de l'âge de départ à la retraite à partir de 2022 et la suppression de l'allocation de solidarité pour les retraités. Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, a initié un référendum sur les propositions des créanciers tout en appelant les électeurs à voter "non".

Lire aussi:

Grèce: Lagarde acte le référendum, mais insiste sur des réformes
Référendum grec: trois scénarios pour Athènes
La Grèce dans l’attente de son référendum
Tags:
Commission européenne, Jean-Claude Juncker, Bruxelles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook