Ecoutez Radio Sputnik
    La Grèce décide de son avenir

    Référendum en Grèce: suivez toute l’actualité en direct

    © AP Photo/ Giannis Papanikos
    International
    URL courte
    Situation économique en Grèce (112)
    38600

    Aujourd'hui, la Grèce décide de son avenir. Les citoyens du pays répondront par "oui" ou par "non" aux propositions faites par les créanciers de la Troïka.

    Les bureaux de vote en Grèce ont ouvert ce matin pour permettre la tenue du référendum voulu par le gouvernement d'Alexis Tsipras. Les Grecs doivent se prononcer sur les propositions faites par les créanciers du pays.

    Les Grecs sont appelés dimanche à répondre à la question: "Est-ce que la proposition soumise par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international lors de l'Eurogroupe du 25 juin 2015, qui consiste en deux parties qui forment ensemble leur proposition globale, devrait être acceptée"? Le premier document est intitulé « Réformes pour la réussite du programme actuel et au-delà », et le second « Analyse préliminaire de la soutenabilité de la dette ».

    L'électeur aura le choix entre deux cases à cocher: "n'est pas acceptée/NON/OXI" et "acceptée/OUI/NAI". La case "non" apparaît au-dessus de la case "oui".
    Selon le premier ministre grec, Alexis Tsipras, 9.855.029 électeurs sont appelés à se rendre dans les 19.243 bureaux de vote ouverts à ces fins.

    Selon un sondage réalisé pour le quotidien Efimerida ton Syntakton, 86% des Grecs ont l'intention de participer au référendum, 54% d'entre eux comptant voter contre la politique d'austérité. D'après un sondage d'Alco, publié par le quotidien grec Ethnos, 41,5% des sondés voteront "oui" tandis que 40,2% diront "non" à l'ultimatum de la Troïka.

    Nouveaux messages
    • 07:41

      Le «non» grec déstabilise les places financières

       

      La Bourse de Tokyo a fini en forte baisse lundi, suite à la nette victoire du « non » dimanche au référendum en Grèce, ce résultat pouvant présager une sortie de ce pays de la zone euro.

      A l'issue des échanges, l’indice Nikkei regroupant les 225 valeurs vedettes a perdu 2,08% (-427,67 points) à 20.112,12 points, après une chute d’environ 2,6% en séance.

      La Bourse de Sydney a ouvert lundi en baisse de 1,6%, l’indice ASX de la place australienne ayant perdu 85,5 points dans les premiers échanges, à 5.452,8 points.

      Les taux d'emprunt des pays du sud de la zone euro se sont nettement tendus lundi matin sur le marché de la dette, en raison des incertitudes découlant du non grec au référendum.

      La démission du ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a légèrement fait remonter l'euro face au billet vert, la monnaie unique européenne ayant chuté à 1,0963 dollar juste après l'annonce des résultats du scrutin.

       

    • 07:36

      Le ministre des Finances démissionne

      Le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a annoncé sa démission lundi, au lendemain de la victoire du "non" aux propositions des créanciers.

      Yanis Varoufakis, Juillet 5, 2015

      Référendum grec: le ministre des Finances démissionne

      Suite au référendum, le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a annoncé sa démission.
      En savoir plus
    • 07:32

      Le "non" l'emporte avec 61,31% des voix

      Le non aux propositions des créanciers de la Grèce l'a emporté avec 61,31% contre 38,69%, selon les résultats définitifs publiés lundi par le ministère grec de l'Intérieur. 

      Urne de vote

      Référendum grec: le "non" l'emporte avec 61,31% des voix

      61,31% des Grecs ont répondu "non" lors du référendum sur les propositions des créanciers qui s'est déroulé dimanche dans le pays.
      En savoir plus
    • 20:40

      Le Premier ministre Manuel Valls est arrivé à l'Elysée pour évoquer la situation grecque avec le chef de l'Etat, rejoint peu après par le ministre des Finances Michel Sapin et le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Harlem Désir.

    • 20:37

      Berlin:Tsipras "a coupé les derniers ponts" entre la Grèce et l'Europe

      Le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel a déclaré dimanche que de nouvelles négociations des Européens avec Athènes paraissaient "difficilement imaginables" après le non grec au référendum.

      Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a "coupé les derniers ponts" entre son pays et l'Europe, a ajouté le vice-chancelier du gouvernement d'Angela Merkel, dans un entretien au quotidien Tagesspiegel à paraître lundi. "Après le refus des règles du jeu de la zone euro, tel qu'il s'exprime par le vote non, des négociations sur des programmes d'aide chiffrés en milliards paraissent difficilement imaginables".

       

    • 20:34

      François Bayrou: "Le +non+ au référendum en Grèce présage de jours bien difficiles pour la Grèce et pour l'Europe"

      François Bayrou, président du MoDem: "Le +non+ au référendum en Grèce présage de jours bien difficiles pour la Grèce et pour l'Europe. Par ce +non+, nous sommes entrés dans la zone des tempêtes. (...) La question majeure pour l'économie d'un pays, c'est de savoir si la confiance règne. Or la Grèce a fait un pas de plus vers une période de grave et durable incertitude. Une telle déstabilisation ne présage rien de bon et débouche, contrairement aux promesses, sur une sortie plus ou moins brutale de ce pays de la zone euro".

    • 20:30

      Tsipras s'est entretenu au téléphone avec Hollande

      Le Premier ministre grec Alexis Tsipras s'est entretenu dimanche soir au téléphone avec le président français François Hollande, a indiqué à l'AFP une source gouvernementale grecque, environ une heure après la publication de résultats partiels du référendum, donnant un avantage de plus de 20 points aux partisans du non.

      Selon la télévision publique Ert, l'entretien entre les deux dirigeants a porté sur les moyens "de tonifier les négociations" entre Athènes et ses créanciers, UE et FMI, après l'échec des discussions lors de l'Eurogroupe (réunion des ministres des Finances de la zone euro) le 25 juin, qui avait précédé l'annonce du référendum.

       

    • 20:24

      Arnaud Montebourg, ancien ministre PS: "Hommage au peuple grec qui sait défendre non seulement son juste intérêt mais également l'intérêt de tous les Européens".

    • 20:22

      Ministre italien des Affaires étrangères: "Il faut recommencer à chercher un accord"

      Les Européens doivent "recommencer à chercher un accord", pour sortir du "labyrinthe grec", a réagi dimanche soir le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, dans un tweet, alors qu'une nette majorité de non se dessine au référendum grec.

      "Désormais il est juste de recommencer à chercher un accord. Mais du labyrinthe grec on ne sort pas avec une Europe faible et sans croissance", a commenté le chef de la diplomatie, dans une première réaction d'un membre du gouvernement italien.

      Le président du Conseil Matteo Renzi a convoqué lundi à 09H30 (07H30 GMT) son ministre de l'Economie Pier Carlo Padoan, pour examiner la nouvelle donne issue des résultats du référendum, a-t-on appris au Palais Chigi, siège du chef du gouvernement.

      Au lendemain du référendum, il est "évident" que les Européens devront "se remettre à parler", avait affirmé Matteo Renzi dans une interview publiée dimanche matin par le quotidien Il Messaggero.

      "Bien sûr, avait-il ajouté, il est impossible de sauver la Grèce sans l'engagement du gouvernement grec: la réforme des retraites, la lutte contre l'évasion fiscale, le nouveau marché du travail dépendent d'eux".

      Concernant les répercussions pour l'Italie, M. Renzi avait redit sa confiance, en n'écartant pas certaines difficultés. "Nous ne disons pas que tout ira bien: nous disons plus simplement que le travail effectué ces derniers mois place l'Italie dans des conditions autres que celles du passé. Nous ne sommes plus sur le banc des accusés, nous ne sommes plus cités comme compagnons d'infortune de la Grèce".

       

    • 20:21
      Euro

      Référendum grec: l'euro baisse face au dollar après des résulats partiels

      L'euro reculait face au dollar, le non étant bien installé en tête du référendum dimanche en Grèce sur les propositions des créanciers du pays, avec la moitié des bulletins dépouillés, rapporte l'AFP.
      En savoir plus
    • 20:16

      Nicolas Dupont-Aignan: "Ce soir, Debout la France célèbre avec joie et fierté la victoire du peuple grec"

      Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France: "Ce soir, Debout la France célèbre avec joie et fierté la victoire du peuple grec, digne et courageux. (...) La démocratie a gagné. Elle a gagné contre la terreur des pseudo-experts, contre l'esprit vichyste qui règne à Bruxelles, Paris et Berlin qui non contents d'avoir mené la Grèce au désastre, préfèrent la voir détruite plutôt que de reconnaître ses erreurs. (...) Un plan B existe. François Hollande n'a aucun mandat des Français pour continuer à gâcher nos impôts dans des plans incapables de redresser la Grèce".

    • 20:14

      Marine Le Pen: "C'est un Non de liberté"

      Marine Le Pen, présidente du FN: "C'est un Non de liberté, de rébellion face aux diktats européens qui veulent imposer la monnaie unique à tout prix, via l'austérité la plus inhumaine et la plus contre-productive. C'est un Non de liberté face à la propagande abjecte. Ce Non est donc une excellente nouvelle, qui montre que les peuples n'entendent pas se faire piétiner sans réagir par les tenants fanatiques de l'Union Européenne. C'est aussi l'espérance pour le contribuable français de ne plus avoir à sortir une nouvelle fois le chéquier pour verser quelques milliards supplémentaires dans le trou sans fond de la dette grecque et de l'euro"

    • 20:12

      Espagne: le chef de Podemos Pablo Iglesias salue "la victoire de la démocratie" en Grèce

      Pablo Iglesias, le chef du parti antilibéral espagnol Podemos, allié du grec Syriza, a estimé dimanche soir que la "démocratie l'a emporté en Grèce", après la publication de résultats partiels faisant état d'une victoire du non.

      "Aujourd'hui en Grèce la démocratie l'a emporté", a déclaré sur son compte Twitter Pablo Iglesias, qui samedi avait appelé à voter non. "La joie se respire au siège de Syriza", a de son côté déclaré Rafael Mayoral, un autre dirigeant de Podemos, depuis la Grèce.

       

    • 19:55
      la Grèce décide de son avenir

      #Greferendum: OXI à 61% sur 50% des bulletins dépouillés

      Sur la base de 50% des bulletins dépouillés, le "non" au référendum sur les propositions des créanciers internationaux de la Grèce l'emporte avec 61,21% des voix, le "oui" en réunissant 38,79%, selon des données communiquées par le ministère de l'Intérieur grec.
      En savoir plus
    • 18:00
      Francois Hollande et Angela Merkel

      Référendum grec: rencontre Hollande-Merkel lundi soir à Paris

      François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel auront lundi soir à l'Elysée "un entretien suivi d'un dîner de travail pour évaluer les conséquences du référendum en Grèce", a annoncé dimanche la présidence française.
      En savoir plus
    • 16:58

      Référendum en Grèce: fin du scrutin

       

       

      Cast ballots are seen at a polling station during a referendum vote in Athens, Greece, July 5, 2015
      © REUTERS/ Christian Hartmann

      @ Photo REUTERS, Christian Hartmann

      Crucial pour l'avenir de la Grèce, le scrutin est clos.

      Le taux de participation était d'environ 35% à la mi-journée, d'après la chaîne grecque Méga TV . Au moins 40% des électeurs doivent participer au scrutin pour que ce référendum soit valide.

      50% des bulletins seront dépouillés à 20h, 70% à 21h, et environ 90% à minuit (heure locale).

      Le résultat du scrutin sera clair dès 21h, heure  à laquelle les premières réactions politiques seront exprimées.

    • 16:28

      Les yeux du monde entier sont tournés vers la Grèce

      Tout le monde suit le référendum en Grèce, référendum au cours duquel les Grecs doivent déterminer l'avenir de leur pays et répondre « oui » ou « non » aux propositions de l'UE, le FMI et la BCE. Il reste moins d'une heure jusqu'à la fin du vote...

    • 16:08

      Le référendum grec sur Twitter

    • 15:56

      Une nourriture « politique » : à Zappeion on peut goûter des gâteaux « oui » et « non »

      C'est dans le centre de presse de Zappeion qu'on peut choisir des gâteaux correspondant à ses opinions politiques.

       

    • 15:18

      Bild : Une réunion des dirigeants de la Deutsche Bank prévue à 22h

      Deutsche Bank
      © AP Photo/ Michael Probst

      @ AP Photo Michael Probst

      Selon le quotidien Bild, les dirigeants de la Deutsche Bank ont prévu une réunion ce soir à 22 heures, pour prendre les décisions qui s'imposent après le référendum grec.

    • 15:05

      Grèce: Lagarde acte le référendum, mais insiste sur des réformes

      la directrice générale du FMI, Christine Lagarde

      Grèce: Lagarde acte le référendum, mais insiste sur des réformes

      La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, espère que les résultats du référendum du 5 juillet aideront la Grèce à sortir de la crise et à éclaircir la situation économique du pays.
      En savoir plus
      Jean-Claude Juncker,  président de la Commission européenne

      Juncker: un "non" affaiblirait la Grèce

      Une victoire du "non" au référendum de dimanche affaiblira considérablement la position de la Grèce aux tractations sur sa dette, selon Jean-Claude Juncker.
      En savoir plus
    • 14:19

      Le choix entre « oui » et « non » est crucial

    • 14:04

      Espagne : Rajoy espère que la Grèce "restera" dans l'euro

      Le premier ministre espagnol Mariano Rajoy
      © REUTERS/ Marcelo del Pozo

      @ Photo REUTERS, Marcelo del Pozo

      Le chef du gouvernement conservateur espagnol, Mariano Rajoy, a espéré dimanche que la Grèce restera membre de la zone euro, tout en se disant persuadé que l'avenir dans la région "ne sera pas facile",selon l'AFP.

      "La Grèce fait partie de l'Union européenne, et aussi de la zone euro et j'espère qu'elle le restera", a déclaré M. Rajoy.

      Le chef du gouvernement a rappelé, comme à d'autres occasions, que la Grèce avait profité du soutien européen, des aides financières représentant 200 milliards d'euros selon lui et insisté sur le fait que "l'Europe a toujours été solidaire et le restera".

      "Mais l'euro n'est pas et ne peut pas être un club à la carte, il y a des normes et des règles destinées à assurer sa survie", a-t-il affirmé. "L'avenir ne sera pas facile, quel que soit le résultat du référendum", a-t-il encore estimé.

      "La solidarité européenne est fondée sur la responsabilité de tous et sans la deuxième la première ne peut s'exercer", a encore martelé M. Rajoy, très critique d'Alexis Tsipras, qui a cependant estimé que l'économie espagnole était suffisamment solide pour encaisser un éventuel départ de la Grèce de la zone euro.

      "Ce qui se passe en Grèce, peut, sans doute, toucher l'Espagne et d'autres pays européens. Mais bien moins que si nous n'avions pas fait les réformes," imposées après l'éclatement de la bulle immobilière en Espagne, en 2008.

    • 13:48

      Référendum grec: #oxi ou #nai ?

      Aujourd'hui, la Grèce capte toute l'attention des médias ainsi que celle des utilisateurs de Twitter. Sur le Twitter français, le deuxième hashtag le plus populaire est #Grefenderum. Parmi d'autres hashtags, les plus utilisés sont #JeSuisGrec, #oxi, #Grefenderum, #JeNeVeuxPasÊtreLeSeulEsclave #nai #Grexit #OXIgeNO, #oxi2015, #greekreferendum, #OXIEsDignidad, #YoVoyConGrecia, #aveclesgrecs.

      Les deux hashtags #oxi et #nai partagent la société en deux parties: celle des défenseurs et celle des opposants de la politique d'austérité en Grèce. Sous le hashtag #oxi, les internautes encouragent la Grèce à voter « non » aux propositions de la Troika, tandis que le hashtag #nai marque les tweets des utilisateurs de Twitter qui espèrent que le « oui » va gagner.

    • 13:28

      Bruxelles pourrait accorder des prêts d'urgence à Athènes pour éviter le chaos

      Président du Parlement européen Martin Schulz
      © Flickr/ Parti socialiste

      @ Photo Flickr, Parti socialiste

      Les Européens ne vont "pas laisser tomber" les Grecs même si le référendum en cours dimanche se solde par un non, et pourraient accorder rapidement à Athènes des crédits d'urgence, a déclaré le président du Parlement européen, Martin Schulz cité par l'AFP.

      "Nous ne laisserons pas tomber les gens en Grèce" quelle que soit l'issue du vote de dimanche, a assuré M. Schulz dans les colonnes du journal allemand Welt am Sonntag.

       

    • 13:03

      Europe: des milliers de manifestants en soutien au peuple grec

      A Barcelone, Paris, Dublin ou Francfort, des milliers de personnes ont manifesté leur solidarité avec les Grecs et dit leur refus de la politique européenne actuelle.

      En Espagne, pays qui a aussi traversé une violente crise économique, les alliés de Syriza voient dans le référendum une occasion "historique" de changer l'Europe quelques mois avant les législatives de fin d'année. La droite, à l'inverse, craint une contagion de la politique de gauche radicale du parti grec.

      Si les Italiens étaient appelés à s'exprimer comme en Grèce, 51% voteraient en faveur des mesures draconiennes imposées par l'Europe, pour éviter une sortie de l'euro et une faillite du pays, 30% voteraient contre, selon un récent sondage Ipsos.

    • 12:54

      Mélenchon appelle la France à "empêcher l'expulsion de la Grèce de la zone euro"

      "Que ce soit +oui+ ou que ce soit +non+ en Grèce, la France doit empêcher l'expulsion de la Grèce de l'Union européenne et de la zone euro, c'est-à-dire doit reformuler les conditions de survie à l'intérieur de ces deux entités qui permettent à la Grèce de vivre", a déclaré Jean-Luc Mélenchon lors du discours de clôture du congrès du Parti de gauche à Villejuif (Val-de-Marne).

      "La souveraineté nationale, c'est la souveraineté populaire, la République fonde la Nation, rien n'est au-dessus du droit du peuple", a-t-il ajouté.

    • 12:30

      Risque de Grexit: le ministre allemand des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a mis en garde contre les conséquences négatives d'une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro.

    • 12:25

      Grèce: le "non" donné gagnant par plusieurs sondages

      Sondage : la plupart des grecs vote « non »

      Sondages: la majorité des Grecs votent « non »

      La plupart des Grecs répond « non » aux propositions des créanciers, selon un sondage réalisé à la sortie des urnes.
      En savoir plus
      Le drapeau de la Grèce

      Grèce: de faux sondages publiés à quelques jours du référendum

      Le 1er juillet, les principaux médias grecs ont publié les résultats d'un faux sondage soi-disant réalisé par l’institut Greek public opinion. La GPO dénonce la publication et déclare qu'elle n'a rien à voir avec cette étude.
      En savoir plus
    • 11:46

      Le référendum grec sur Twitter

      -

      -

      -

      -

      -

    • 11:34

      Marine Le Pen : "Ce que vit la Grèce aujourd'hui, c'est ce que vivront d'autres pays demain"

      La présidente du Front national Marine Le Pen
      © REUTERS/ Charles Platiau

      @ Photo REUTERS, Charles Platiau

      "Au travers de cette crise grecque, c'est la démocratie qui est en jeu. La démocratie est-elle compatible avec l'UE ? Est-ce que l'on veut vivre dans des démocraties, ou dans cette Union européenne qui s'apparente à une secte ? » a-t-elle déclaré à Sudradio.


      Mme Le Pen s'est prononcée pour que les pays européens retrouvent une monnaie nationale, en conservant l'euro comme monnaie commune.
      Elle est persuadé que ce que vit la Grèce aujourd'hui, c'est ce que vivront d'autres pays demain.

    • 11:17

      Athènes: L'ambassade française vandalisée

      Ambassade de France en Grèce

      L'ambassade française vandalisée à Athènes

      L'ambassade de France à Athènes aurait été vandalisée, comme le montre une photo prise par un reporter de l'agence de presse Bloomberg. Des pro- "non" auraient tagué sur l'enceinte extérieure du bâtiment le fameux "Oxi" mais aussi "Brisez l'Union Européenne" ("Smash E.U.").
      En savoir plus
    • 10:58

      Le ministre de l'économie Emmanuel Macron : « Si le non gagne, il faudra reprendre des discussions »

      Emmanuel Macron évoque une levée des sanctions contre la Russie à l’été 2016
      © REUTERS/ Gonzalo Fuentes

      @ Photo REUTERS, Gonzalo Fuentes

      Le ministre de l'économie Emmanuel Macron : « Si le non gagne, il faudra reprendre des discussions », selon l'AFP.

      "Quel que soit le vote nous devons dès demain reprendre des discussions politiques", a-t-il dit  lors d'un colloque économique à Aix-en-Provence, ajoutant : "Même si le non grec devait l'emporter, notre responsabilité sera de ne pas faire le traité de Versailles de la zone euro".

    • 10:46

      Matteo Renzi : « Le jour d'après, on devra se remettre à parler »

      Matteo Renzi, président du conseil italien
      © Sputnik. Sergei Guneev

      @ Photo Sputnik, Sergei Guneev

      «Quand tu vois un retraité qui pleure devant une banque et les gens qui font la queue devant les distributeurs, tu comprends qu'un pays aussi important pour le monde et pour sa culture que la Grèce ne peut finir ainsi», a déclaré le président du Conseil italien, Matteo Renzi, cité par le quotidien Il Messaggero.

      «Il est donc évident que le jour d'après, on devra se remettre à parler. La première à le savoir est précisément Angela Merkel», a-t-il fait remarquer.

    • 10:31

      Varoufakis : « Attendons et voyons, nous sommes en démocratie»

      Yanis Varoufakis
      © AP Photo/ Petr David Josek

      @ Photo REUTERS, Christian Hartmann

      Le ministre grec des Finances Yannis Varoufakis vote à midi au bureau de Palio Faliro, au sud d'Athènes. Arrivant à son bureau de vote il a été interrogé par une journaliste sur l'éventuelle victoire du «non», donc du gouvernement. «Attendons et voyons, nous sommes en démocratie», a répondu M. Varoufakis.


      Quelques jours avant le référendum, il s'est montré prêt à quitter ses fonctions si le peuple grec dit oui aux demandes des créanciers.

       

      Le drapeau de la Grèce

      Référendum grec: Varoufakis démissionnera en cas de victoire du oui

      Le ministre grec des Finances démissionnera si le oui l’emporte lors du référendum qui sera tenu dimanche.
      En savoir plus
    • 10:05

      Tsipras encourage les Grecs à "prendre leur destin entre leurs mains"

      Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, a déclaré, après avoir voté dimanche au référendum, que "personne ne pouvait ignorer le message de détermination d'un peuple à prendre son destin entre ses mains".

    • 09:42

      L'ancien premier ministre français, Alain Juppé : « Amis grecs, restez avec nous ! »

    • 09:36

      Le «non» est placé avant le «oui» sur le bulletin de vote grec

    • 09:17

      Le premier ministre grec, Alexis Tsipras appelle les Grecs à voter « non » au référendum

      Le premier ministre grec, Alexis Tsipras
      © REUTERS/ Alkis Konstantinidis
    En direct
    Référendum en Grèce: suivez toute l’actualité en direct
    +
    Dossier:
    Situation économique en Grèce (112)

    Lire aussi:

    Grèce: les adversaires du référendum cherchent à en dénaturer l'essence
    Grèce: le Conseil d'Etat reconnaît la légalité du référendum
    Grèce/référendum: Tsipras appelle à dire "non" aux ultimatums et au chantage
    Juncker: un "non" affaiblirait la Grèce
    La Grèce à la veille du référendum
    Tags:
    référendum en Grèce, Syriza, Yanis Varoufakis, Alexis Tsipras, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik