International
URL courte
5242
S'abonner

Des dirigeants des dix-neuf pays membres de la zone euro ont validé l'accord, lundi matin, sur le nouveau plan d'aide à la Grèce.

Angela Merkel, ainsi que le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, ont fait de l'Union européenne une alliance qui réunit ses membres par la crainte et non pas par la confiance, rapporte l'édition Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

"Le vrai cauchemar commence suite à la conclusion de l'accord sur la Grèce — pour le pays et pour l'Europe", indique le quotidien.

D'après les informations du quotidien, le sommet de l'Eurozone qui a eu lieu le 12 juillet s'est étendu sur 17 heures de ce fait il est devenu le plus long de l'histoire. De même, les auteurs de l'article notent que le sommet a montré où peut mener "un mélange d'incompétence et d'opportunisme" en politique.

En outre, plusieurs membres internationaux partagent le même avis. Ainsi, par exemple, le ministre autrichien des Finances, Hans Joerg Schelling, a déclaré "je suis toujours optimiste mais ce sont des négociations très très difficiles parce qu'il y a beaucoup de points sur lesquels nous n'avons pas d'accord".

La Belgique, pour sa part, estime également que la confiance envers le gouvernement d'Alexis Tsipras était "abîmée".

Lire aussi:

Grèce: accord à l’unanimité au sein de la zone euro
Merkel: pas d'accord pour la Grèce "à n'importe quel prix"
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
dette grecque, sommet, Hans Jörg Schelling, Alexis Tsipras, Wolfgang Schäuble, Angela Merkel, Autriche, Belgique, Grèce, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook