Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de l'Iran

    Nucléaire iranien: l'embargo sur les armes serait partiellement levé

    © AP Photo / Ronald Zak
    International
    URL courte
    7184
    S'abonner

    A Vienne, les négociations entre l’Iran et six grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) ont abouti à un accord concernant une partielle levée de l'embargo sur les armes iraniennes, selon une source proche du dossier. Cela permettrait à l'Iran d'acheminer de l'armement défensif à ses alliés.

    "L'accord définira que les Iraniens pourront acheminer de l'armement défensif à ses alliés dans la région pour lutter contre le terrorisme et l'extrémise. Cela sera en contradiction avec les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu mais cela ne contrariera pas l'accord principal", a-t-il expliqué à l'agence Rossiya Segodnya.

    La source n'a pas précisé comment cette contradiction entre les résolutions de l'Onu et la levée de l'embargo sur les armes sera formulée dans le document.

    Les sanctions ont été infligées à l'Iran en 2006 par les Etats-Unis, l'UE et l'Onu en raison du programme nucléaire iranien. Il s'agît notamment d'interdire les exportations de produits iraniens et de geler des avoirs détenus par la Banque centrale iranienne.

    Téhéran insiste sur la levée immédiate des sanctions et de l'embargo sur les armes, tandis que Washington préfère repousser au maximum ce processus — de plusieurs années de préférence. Comme l'a déclaré Kerry le 12 juillet, toutes les options examinées actuellement suscitent des critiques au sein des deux chambres du congrès américain.

    Lire aussi:

    L’Iran fournit un crédit de 1 md USD à la Syrie
    Pentagone: une frappe contre l’Iran ne mettra pas fin au programme nucléaire
    Un Maïdan arménien permettrait de couper la Russie de l'Iran
    Nucléaire: l'Iran rejette les inspections et insiste sur la levée des sanctions
    Tags:
    programme nucléaire iranien, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik