International
URL courte
11922
S'abonner

Une journaliste de Foreign Policy a traduit les expressions utilisées par la diplomatie américaine en langue de tous les jours de "présence sur le terrain" à "merci pour votre service".

Rosa Brooks, journaliste pour le magazine américain Foreign Policy, a demandé à des dizaines d’hommes de la sécurité nationale et des affaires étrangères de citer leurs expressions politiques "favorites" et des euphémismes "qui sont privés de sens et occupent des places dans des paragraphes de texte qui auraient pu être remplis par quelque chose qui aurait du sens" pour contourner l'attention publique.

Ainsi, d'après le dictionnaire de la langue diplomatique américaine, conçu par Rosa Brooks, "la guerre contre la terreur" (war on terror) veut dire "nous n'avons aucune idée de qui sont ces gars ou ce qui les motive mais nous ne les aimons pas". Ou encore "nous devons utiliser tous les instruments à notre disposition" (we need to use all the tools in our toolkit) signifie "ce sera très dur et nous ne pourrons probablement pas le faire". "Pas de présence sur le terrain" (no boots on the ground) indique "je préfère faire confiance aux campagnes destructives mais inefficaces. Cela ne m'empêchera donc pas d'envoyer toute une ribambelle de mecs des forces spéciales et d'autres +consultants+ dans des zones de combat mais s'il vous plaît, prétendez avec moi qu'en réalité ils ne sont pas là", ironise la journaliste.

En même temps un simple mot "rebelles" (militants) se traduit par "nous ne savons pas qui ils sont mais ils ont l'air méchant. Allez, on va les tuer", alors que "alliés et partenaires" (allies and partners) – "c'est vous et pas nous qui allez vous en occuper". "C'est inacceptable" (this is unacceptable) veut dire "on s'en fout". Et si "territoire humain" (human terrain) se traduit par "les gens sur lesquels nous ne connaissons presque rien et donc pourrions être obligés de les tuer", "nous devons gagner leurs cœurs et leurs esprits" (we need to win their hearts and minds) veut dire "ne les tuez pas". Ils disent "un Snowden" pour parler d'un "lanceur d’alertes qui ne leur plaît pas".

Si les politiciens américains affirment "nous avons besoin de nous tourner vers l'Asie" (we need to pivot to Asia), c'est que tout ce qui a été fait au Proche-Orient n'a pas fonctionné.

Il y a une chose dont on peut être sûrs et certains: si les hommes politiques américains disent "nous n'avons pas encore de stratégie" (We don’t have a strategy yet) ou même "nous avons une politique" (We have a policy) c'est qu'ils n'ont vraiment pas de stratégie.

Lire aussi:

Deux ex-espions du KGB et de la DGSE racontent: «Les Gafam sont le service de renseignement le plus puissant au monde»
Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
Tags:
dictionnaire, parler politique, langue de bois, Rosa Brooks, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook