International
URL courte
4322
S'abonner

La dette publique de la Grèce est illégitime, et Athènes doit saisir les institutions internationales pour exiger qu'elle soit annulée.

Une commission spéciale du parlement grec a déjà préparé une analyse préliminaire du problème, a déclaré Dimitrios Patelis, de l'université technique de Crète, dans une interview accordée à RIA Novosti.

Les premières conclusions de ce groupe de travail font ressortir que la dette grecque serait "illégale, frauduleuse, injuste, honteuse et invivable", et que la responsabilité de la situation économique actuelle incomberait à ceux qui ont "prêté et emprunté déraisonnablement au pays pour des programmes de sauvetage". La dette provoquée par les règles imposées par la troïka des créanciers bafoue directement les droits fondamentaux de l'homme des habitants de la Grèce, stipule le rapport.

"En s'appuyant sur ce rapport, l’État souverain s'adresse aux organisations internationales, à l'Onu et déclare que la dette est illégitime, qu'elle s'est formée en violant les droits souverains de l’État. Il existe déjà des précédents d'annulation de telles dettes injustes, un tel mécanisme existe mais il faut de la volonté pour que le peuple soit informé et participe à tout le processus. Cela nécessite également des alliés internationaux qui pourraient soutenir les initiatives de la Grèce au sein des institutions mondiales. Mais le gouvernement d'Alexis Tsipras n'a pas suivi cette voie", déclare Dimitrios Patelis.

Alexis Tsipras
© REUTERS / Alkis Konstantinidis
A la question de savoir si cela signifiait que la dette devait être reconnue comme mauvaise et ne pas être remboursée, le professeur a répondu: "Oui. C'est une dette illégale, criminelle, qui n'a pas été contractée au profit du peuple. Le peuple ignorait qui signait les accords, quelles étaient les dettes et pourquoi".

D'après lui, de tels précédents existaient déjà avant la Seconde Guerre mondiale. "En 1937, si je ne m'abuse, la Grèce a refusé la dette extérieure française et a soutenu le Commonwealth. L'Argentine avait utilisé le même procédé. En s'appuyant sur un rapport semblable au nôtre, le gouvernement de l’Équateur avait saisi l'Onu et les organismes compétents pour rejeter la dette, et elle avait été levée", explique-t-il.

Selon Dimitrios Patelis, la Grèce avait payé plus de 1.000 milliards d'euros pendant la période de pré-crise. "Si notre peuple a versé entre 1991 et 2009 l'équivalent de 1.028 milliards d'euros, à qui devons-nous encore de l'argent?", s'interroge-t-il.

Commentant la déclaration de l'ex-ministre des Finances Yanis Varoufakis, selon qui 90% des prêts obtenus par la Grèce ont servi aux banques, le professeur précise: "C'est exact, et la majorité absolue de cette somme est passée à côté de la Grèce, personne ne l'a vue. Cela servait à rembourser la dette. A refinancer et à recapitaliser les banques, ainsi qu'à payer les intérêts de la dette. Cet argent aurait pu nous permettre d'acheter la moitié du système bancaire européen".

La Grèce fête les résultats du référendum
© AP Photo / Petros Giannakouris
Dimitrios Patelis explique que l'accord en cours de préparation avec les créanciers a pour finalité de vendre les biens publics grecs.

"La banque agricole grecque a été vendue à une banque française pour le prix de l'un des bâtiments de cette banque à Athènes, comme un site immobilier. Savez-vous quelle est la valeur marchande de ce bien?", dit-il.

Le professeur souligne que les créanciers attendent actuellement 52 milliards d'euros de la privatisation. "Ils exigent que nous vendions tout ce qui reste encore pour rembourser cette dette. Et on appelle cela le sauvetage. Le sauvetage de qui? C'est une véritable guerre. J'en parle souvent. Ce qui se passe dans le Donbass et à la périphérie de la zone euro fait partie d'un seul processus d'actions militaires. C'est ainsi que se comportent de telles structures en temps de crise et de guerre", conclut Dimitrios Patelis.

Lire aussi:

La Grèce manque un nouveau remboursement au FMI
Marine Le Pen aurait engagé la Grèce vers la sortie de l'euro
Grèce: accord à l’unanimité au sein de la zone euro
Grèce: la Russie examine la possibilité de livraisons énergétiques directes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook