Ecoutez Radio Sputnik
    Yukiya Amano, directeur général de l'AIEA

    Nucléaire: un million d'euros par mois pour contrôler l'accord avec l'Iran

    © Sputnik . Mikhail Fomichev
    International
    URL courte
    4316

    Pour contrôler l'application de l'accord sur le nucléaire iranien, l'AIEA dépensera environ un million d'euros par mois, selon le directeur général de cette agence internationale, Yukiya Amano.

    Le contrôle du respect de l'accord conclu le 14 juillet entre l'Iran et les six médiateurs internationaux sur son programme nucléaire coûtera environ un million d'euros par mois, a annoncé mardi Yukiya Amano, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

    "Nos dépenses augmenteront en rapport avec le Plan d'action global conjoint [accord entre les Six et l'Iran, ndlr]. Je demanderai au Conseil des gouverneurs de débloquer des fonds supplémentaires à cet effet", a déclaré M. Amano lors d'une conférence de presse à Vienne.

    Il a précisé que le montant exact était encore difficile à évaluer, car l'accord n'a été conclu que mardi. Cependant, a-t-il ajouté, ce montant ne devrait pas différer sensiblement de la somme légèrement inférieure à un million d'euros que l'AIEA dépense chaque mois pour les vérifications effectuées conformément à l'accord intermédiaire conclu en novembre 2013.

    Selon M. Amano, lors du contrôle de l'application de cet accord, l'AIEA a acquis une riche expérience de travail en Iran. L'Agence dispose également d'une équipe de spécialistes hautement compétents et n'aura pas besoin de recruter de nouveaux inspecteurs.

    Lire aussi:

    Nucléaire: un accord obtenu entre l'Iran et les Six
    Nucléaire: des congressistes US hostiles à un accord avec l'Iran
    L'Iran légalise les principes de son futur accord avec les Six
    L'Iran a «confisqué» un pétrolier britannique, des Russes sont à bord - images
    Tags:
    vérification, accord iranien, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, Vienne, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik