Ecoutez Radio Sputnik
    Romano Prodi

    Prodi: annuler la dette grecque comme cela avait été fait pour l'Allemagne

    © AP Photo / Harouna Traore
    International
    URL courte
    Possible sortie de la Grèce de la zone euro (65)
    12644

    Selon l'ex-président de la Commission européenne Romano Prodi, les ententes sur le règlement de la dette grecque ne font qu'éviter le pire sans pour autant régler le problème.

    L'Union européenne doit se montrer généreuse et annuler la dette grecque sur le modèle de l'accord de 1953 qui a annulé la dette allemande, a déclaré jeudi à Rome l'ancien président de la Commission européenne et ex-premier ministre italien Romano Prodi.

    "J'ai toujours pensé que la Grèce ne serait jamais en mesure de payer sa dette. L'annulation de la dette de l'Allemagne, qui ne pouvait pas la payer, a été un acte de sagesse en 1953. Aujourd'hui nous devons aussi faire preuve de générosité", a indiqué M.Prodi lors d'un forum consacré aux problèmes de l'économie mondiale.

    Selon M.Prodi, les ententes intervenues lundi entre les dirigeants de la zone euro ne font qu'"éviter le pire sans pour autant éviter la catastrophe". Il a appelé l'Allemagne, qui occupe une position de leader dans l'Union européenne, à tenir compte des intérêts de tous les membres de l'Union.

    Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, considéré comme l'un des auteurs du récent accord européen sur la dette grecque, s'était antérieurement catégoriquement opposé à l'annulation de la dette d'Athènes.

    Dossier:
    Possible sortie de la Grèce de la zone euro (65)

    Lire aussi:

    La dette publique de la Grèce doit être annulée, selon un expert crétois
    USA et FMI favorables à une restructuration de la dette grecque
    Le randonneur français disparu en Italie retrouvé mort, selon des médias italiens
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Tags:
    dette grecque, Union européenne (UE), Romano Prodi, Rome, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik