Ecoutez Radio Sputnik
    Lieu de l'explosion à Suruc, Turquie

    Turquie: 25 morts dans une explosion dans une ville frontalière avec la Syrie

    Twitter / Mete Sohtaoğlu
    International
    URL courte
    1011
    S'abonner

    Vingt-cinq personnes ont été tuées et près de 100 blessées lundi lors d'une explosion survenue dans la ville turque de Suruc, non loin de la frontière syrienne et de la ville de Kobané.

    L'explosion a eu lieu dans le centre culturel Amara lors d'une conférence de presse consacrée au transport de l'aide humanitaire à destination de Kobané. Au moment de l'explosion, beaucoup de jeunes de différentes régions de la Turquie étaient présents.

    D'après le ministère turc de l'Intérieur, cet attentat a fait 27 morts et a eu lieu à 12h. Une centaine de personnes blessées sont hospitalisées.

    Selon le journal turc Hürriyet, l'attentat est attribué à une kamikaze de l'Etat islamique qui avait 18 ans. Elle était dans le parc du centre culturel lors de la conférence de presse quand elle a actionné sa bombe.

    Peu après l'attentat à Suruc, une nouvelle explosion qui a fait plusieurs blessés a eu lieu près de la maison du gouvernement à Kobané. Une voiture remplie d'explosifs a sauté alors qu'elle se dirigeait vers l'école Mihemed Dira. L'école devait être l'objectif final de la voiture qui n'a pas pu l'atteindre car elle a été arrêtée par des Unités de protection du peuple (kurdes).

    Majoritairement habitée par des Kurdes, Suruc n'est qu'à une dizaine de kilomètres de la ville syrienne de Kobané, théâtre de violents affrontements entre les forces kurdes et les combattants de l'Etat islamique.

    Lire aussi:

    Syrie: au moins 120 civils tués par l’EI à Kobané
    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Réforme des retraites: Delevoye déclare finalement 13 mandats et regrette une «erreur»
    Tags:
    explosion, Etat islamique, Suruc, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik