Ecoutez Radio Sputnik
    German Chancellor Angela Merkel has come out in defense of her staff, denying media reports that her administration lied about plans to reach a no-spying agreement with the United States.

    WikiLeaks: de nouvelles révélations retentissantes sur l’Allemagne

    © AP Photo/ Michael Sohn
    International
    URL courte
    13114261042

    De nouveaux documents rendus publics par WikiLeaks apportent des preuves que les Etats-Unis ont espionné le ministère des Affaires étrangères allemand et le ministre Frank-Walter Steinmeier à sa tête.

    Lundi 20 juillet à 18 heures, WikiLeaks a publié des documents prouvant que l'Agence nationale de sécurité US (NSA) a écouté le ministre allemand des Affaires étrangères ainsi que 20 secteurs clés de son ministère. 

    "La liste complète des cibles allemandes de la NSA publiée par Wikileaks à ce jour montre que la NSA a ciblé 125 téléphones de haut responsables allemands de longue date, et ce pour des raisons politiques et économiques – comme le nom de la liste l'indique", lit-on sur le site de Wikileaks.

    Les documents indiquent que cette histoire d'espionnage a commencé bien avant le 11 spetembre 2001, par l'écoute de Joschka Fischer, vice-chancelier et ministre allemand des Affaires étrangères, en poste de 1998 à 2005. Puis l'interception s'est poursuivie et l’ancien ministre Frank-Walter Steinmeier, en poste de 2005 à 2009, a vu ses téléphones fixe et portable écoutés.

    C'est bien autour de ce dernier que la publication actuelle de WikiLeaks est centrée, l'interception commençant juste après sa visite officielle aux États-Unis en novembre 2005, quand M. Steinmeier avait rencontré son homologue américaine Condoleezza Rice. 

    La rencontre a eu lieu après l'inauguration d'Angela Merkel, qui voulait établir une bonne relation avec les États-Unis après une tension entre le président américain Georges Bush et le président fédéral du Parti social-démocrate d'Allemagne, provoquée par la guerre en Irak. Mais la NSA, insatiable, n'a rien vu de honteux dans l'interception de ses alliés allemands.

    Allemagne, consentement des tortues tacite

    Parmi les documents rendus publics par WikiLeaks, le plus provoquant est une conversation de M. Steinmeier après la rencontre en question avec Mme Rice dans laquelle le ministre se dit "soulagé de ne pas avoir obtenu de réponse définitive du département d’Etat américain à propos des informations parues dans la presse sur les vols de la CIA passant par l’Allemagne et à destination de prisons secrètes qui seraient utilisées pour interroger des terroristes suspects".

    On en déduit donc que cette affaire de survols illégaux de la CIA post-11 septembre, en vue de torturer des suspects dans ses prisons secrètes, est étouffée par l'Allemagne, allié bien dévoué des Etats-Unis, qui voulait ranimer les relations diplomatiques à tout prix. 

    L'été 2015 est marqué par les révélations Wikileaks, apportant des preuves de la mise sur écoute de trois présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, de la chancelière allemande Angela Merkel et d'autres autorités allemandes, et de la présidente brésilienne Dilma Rousseff. 


    Lire aussi:

    FranceLeaks: Moscou sans illusion sur la réaction française
    Wikileaks révèle une vaste campagne d'espionnage US en Allemagne
    Wikileaks: la NSA a pratiqué l'espionnage industriel en France
    WikiLeaks: l’empire médiatique de l'Arabie saoudite mis à nu
    WikiLeaks: trois présidents français espionnés par les Etats-Unis
    La NSA a continué d’espionner Schröder après son départ
    NSA: le Brésil toujours sur écoute
    Tags:
    écoutes téléphoniques, révélations, interception, WikiLeaks, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Condoleezza Rice, Joschka Fischer, George Bush, Dilma Rousseff, Julian Assange, Frank-Walter Steinmeier, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Angela Merkel, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik