Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeaux américain et cubain sur la façade d'un hôtel de La Havane

    Cuba-USA: de vieux griefs refont surface

    © REUTERS / Stringer
    International
    URL courte
    7211

    Les victimes des nationalisations à Cuba réclament 7 à 8 milliards de dollars d'indemnités. La Havane évalue pour sa part à 100 milliards de dollars les pertes subies par le pays pendant près de 50 ans de blocus économique.

    Le Bureau de contrôle des avoirs étrangers (OFAC) relevant du département américain du Trésor a reçu 5.911 demandes d'indemnisation déposées par des personnes morales et physiques américaines, ainsi que par des Cubains dont les biens avaient été expropriés ou perdus lors des nationalisations effectuées sur l'île après l'arrivée au pouvoir du gouvernement de Fidel Castro, rapporte la radio Marti.

    Selon la radio, les biens nationalisés sont évalués à 7-8 milliards de dollars.

    Engagées dans les années 1960, les nationalisations ont débuté avec les grandes sociétés américaines pour s'achever quelques années plus tard par l'expropriation des actifs des émigrés.

    La Havane réclame pour sa part une indemnité d'environ 100 milliards de dollars pour près de 50 ans de blocus économique et financier de Cuba, indique la radio Marti.

    Les questions relatives à la levée de l'embargo sont du ressort du Congrès des Etats-Unis. Cependant, souligne la radio, afin d'ouvrir des procédures sur ces réclamations réciproques, les deux pays doivent signer une série d'accords bilatéraux. Accords qui ne seront pas faciles à conclure compte tenu des divergences entre Washington et La Havane sur les questions jugées "fondamentales".

    Le 20 juillet, les Etats-Unis et Cuba ont rétabli leurs relations diplomatiques après près de 50 ans d'interruption.

    Lire aussi:

    USA-Cuba: "jour historique" de réouverture des ambassades
    USA et Cuba : mettre les points sur les i
    Les USA et Cuba rouvrent leurs ambassades respectives
    Tags:
    demande en justice, rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis, Bureau de contrôle des avoirs étrangers (OFAC), Fidel Castro, Cuba, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik