Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestants avec le drapeau de la Moldavie. Archive photo

    Moldavie: interdire les partisans de l'unification avec la Roumanie

    © AFP 2019 DANIEL MIHAILESCU / FILE
    International
    URL courte
    15226
    S'abonner

    Les socialistes moldaves appellent à interdire les partis qui œuvrent pour l'unification avec la Roumanie.

    Le Parti des socialistes de Moldavie (opposition) lance une collecte de signatures en vue de tenir un référendum sur l'interdiction des partis qui aspirent à l'unification avec la Roumanie, a annoncé mardi à Chisinau Igor Dodon, président du parti.

    Les socialistes ont déjà essayé d'organiser des auditions parlementaires à ce sujet suite à une marche tenue par les unionistes en juin au centre de la capitale moldave Chisinau. "La plupart des députés ont rejeté notre proposition, et nous allons donc organiser un référendum", a indiqué M.Dodon devant les journalistes.

    "Il faut interdire les partis qui préconisent le renversement du régime actuel", a-t-il ajouté.

    Plus de 5.000 partisans de l'unification de la Moldavie avec la Roumanie ont participé le 5 juin à une marche à Chisinau à l'occasion du 203e anniversaire du Traité de Bucarest de 1812. Signé le 28 mai 1812, à l'issue de la guerre russo-turque de 1806-1812, ce traité a coupé en deux la Moldavie et cette frontière est toujours en place: elle sépare la Moldavie roumaine de la République de Moldavie.

    Selon l'ONG Plateforme civile Actiunea 2012, qui a organisé la marche du 5 juin, le Traité de Bucarest a "provoqué l'occupation du territoire roumain entre le Prut et le Dniestr". Plusieurs hommes politiques roumains et moldaves soutiennent cette position malgré le fait que l'Etat de Roumanie n'existait pas au début du XIXe siècle.

    Lire aussi:

    Roumanie-Moldavie: accord sur le régime frontalier, mais pas sur la frontière
    Roumanie-Moldavie: Bucarest refuse de reconnaître la frontière existante
    Tags:
    Traité de Bucarest (1812), Parti des socialistes de Moldavie, Igor Dodon, Roumanie, Moldavie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik