International
URL courte
1113
S'abonner

La dévaluation de la devise nationale moldave a obligé les fournisseurs d’électricité espagnole et russe à augmenter les tarifs, ce qui a provoqué de vifs mécontentements.

Le 22 juillet, quelques centaines de personnes, surtout des représentants du parti socialiste, opposé à l’Alliance pour l'intégration européenne (une coalition gouvernementale centriste moldave), sont descendus dans les rues de Chisinau pour protester contre la hausse des tarifs de l’électricité.

"On n’a pas d’argent pour habiller les enfants. On n’a pas d’argent pour acheter des produits de première nécessité. Ce n’est pas l’Alliance pour l'intégration européenne, mais l’alliance des voleurs qui devraient être emprisonnés", a déclaré Ion Ceban, député du parti socialiste.

La semaine dernière, à cause de la chute de la devise nationale, le leu moldave, face au dollar, le fournisseur d’électricité "Gas Natural Fenosa", une compagnie espagnole du secteur de l'énergie, ainsi que la compagnie russo-moldave "Moldovagaz", ont été obligées de demander une augmentation des tarifs.

Il y a un mois, un scénario presque identique s’est déroulé dans une autre république ex-soviétique. Le 22 juin, plus de 4.000 Arméniens ont protesté dans les rues d’Erevan contre la décision du gouvernement d'augmenter les prix de l'électricité. Le gouvernement arménien a trouvé une solution du problème en concluant un marché avec une compagnie américaine. D’après la presse arménienne, la vente des centrales hydroélectriques du Vorotan à la compagnie américaine Contour Global Hydro Cascade devrait permettre de compenser provisoirement la hausse des tarifs.

Lire aussi:

Arménie: manifestation à Erevan contre la hausse des tarifs de l'électricité
Arménie: des manifestants posent un ultimatum aux dirigeants du pays
Arménie: nouvelle manifestation au centre d’Erevan
Moldavie: interdire les partisans de l'unification avec la Roumanie
Une Moldavie démunie
Tags:
tarifs de l'électricité, manifestation, Moldavie, Arménie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik