Ecoutez Radio Sputnik
    Ashton Carter

    Le secrétaire américain à la Défense en Irak pour parler de la lutte anti-EI

    © AFP 2019 Lee Jin-Man
    International
    URL courte
    La lutte contre Daech (229)
    207
    S'abonner

    Le secrétaire à la Défense US Ashton Carter est arrivé à Bagdad jeudi pour discuter de la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) cible d'une contre-offensive de l'armée irakienne dans la province clé d'Al-Anbar.

    Cette visite d'une journée est la première en Irak de M. Carter depuis sa prise de fonctions en février et intervient également sur fond de recrudescence des attaques sanglantes dans la capitale et ses environs, rapporte l'AFP.

    Le secrétaire à la Défense, qui vient d'effectuer une tournée en Israël, en Arabie saoudite et en Jordanie, devait s'entretenir avec le Premier ministre irakien Haider Al-Abadi, son homologue Khaled Al-Obaidi et le président du Parlement, Salim al-Joubouri.

    Il doit aussi rencontrer une délégation de tribus sunnites d'Al-Anbar, la plus grande province d'Irak située dans l'ouest du pays, aux frontières syrienne, saoudienne et jordanienne. L'EI contrôle la majorité de cette province majoritairement sunnite que les autorités irakiennes tentent péniblement de reprendre.

    Les forces armées ont lancé le 13 juillet une nouvelle offensive pour reprendre Al-Anbar et resserrent désormais l'étau autour de ses deux principales villes, Ramadi et Fallouja, avec l'appui crucial de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis qui bombarde par les airs les positions de l'EI.

    Selon un porte-parole du Pentagone, le colonel Steve Warren, qui accompagne la délégation américaine à Bagdad, l'armée irakienne cherche actuellement à "isoler" Ramadi en coupant ses voies d'accès.

    Dossier:
    La lutte contre Daech (229)

    Lire aussi:

    Obama envoie 450 conseillers militaires de plus en Irak
    Le terrorisme islamique divise l'humanité
    L’Etat islamique menace les Etats-Unis de guerre nucléaire
    Tags:
    Etat islamique, Ashton Carter, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik