Ecoutez Radio Sputnik
    Katia Abreu, ministre brésilienne de l'Agriculture, lors de sa visite à Moscou, 2015

    Marché russe: le Brésil dit merci aux sanctions

    Priscilla Mendes/Ministério da Agricultura
    International
    URL courte
    20753
    S'abonner

    La politique des sanctions, qui a eu un impact négatif pour l'économie des parties prenantes, a pourtant contribué au développement des relations commerciales entre la Russie et d'autres pays, notamment le Brésil.

    Le Brésil a eu la possibilité d'accéder au marché russe suite à la politique des sanctions, et le gouvernement brésilien aimerait bien consolider des liens commerciaux avec la Russie, a fait savoir Katia Abreu, ministre de l'Agriculture du pays latino-américain.

    "L'embargo introduit par les Etats-Unis, l'Australie et l'Europe, est un phénomène négatif pour la Russie, pourtant il a contribué au développement de ses relations avec d'autres pays. En ce qui nous concerne, l'embargo nous a donné la possibilité de compenser le manque de certains produits alimentaires provoqué par les sanctions — il s'agit notamment de la viande, du lait et des fruits. Actuellement nous cherchons à renforcer ces relations commerciales pour qu'elles ne soient pas que temporaires (…). Notre but est de construire des relations commerciales matures avec la Russie", a expliqué Mme.Abreu dans une interview exclusive accordée à Sputnik.

    BRICS
    © Sputnik . Host Photo Agency/Vladimir Astapkovitch
    La ministre a fait remarquer que l'idée d'exporter des produits laitiers en Russie n'est pas récente. Pourtant, auparavant le Brésil et la Russie n'arrivaient pas à se mettre d'accord sur certains points de leur coopération. Dès l'introduction des sanctions, la situation a commencé à évoluer dans un sens positif.

    "Initialement, nos relations traversaient une période difficile, les deux parties prenantes avaient pas mal de revendications mutuelles. Mais aujourd'hui on peut dire que nous avons "grandi"", a souligné Katia Abreu.

    Il est à noter, qu'en dépit de la présence des fournisseurs traditionnels, tels que l'Argentine par exemple, la Russie a également trouvé sa place sur le marché brésilien. Ainsi, Moscou lancera bientôt des exportations de blé et de poisson à destination du Brésil.

    "Il y a des Etats qui nous fournissent du blé mais avec qui nous n'avons pas de relations commerciales développées. Pourquoi refuserait-on des importations de la Russie qui est un partenaire commercial important pour nous?", a fait remarquer la ministre.

    Mme.Abreu a fait savoir qu'effectivement il reste des problèmes qui doivent être réglés, notamment celui de la conformité des produits importés aux standards imposés par les deux pays. Pourtant, à force de construire des relations stables les procédures de certification deviendront moins problématiques, a assuré la ministre brésilienne de l'Agriculture.

    Elle a également rajouté que l'administration de la présidente brésilienne est en train de préparer un projet de loi qui permettra au pays d'effectuer des paiements en monnaies nationales dans le cadre de transactions commerciales bilatérales. Cette idée a été proposée par Vladimir Poutine lors du dernier sommet des BRICS qui s'est tenu à Oufa (Russie).

    En juillet 2015, lors de sa visite à Moscou, Mme.Abreu a signé des documents qui permettront d'accroître la coopération russo-brésilienne.

    En octobre, la ministre retournera en Russie afin de participer à la réunion des ministres de l'Agriculture du groupe BRICS, ce qui signifie que de nouvelles démarches visant le renforcement des relations commerciales bilatérales ainsi que multilatérales dans le cadre des BRICS pourraient être entreprises.

     

    Lire aussi:

    Coopération Russie-Chine: révolution sur le marché du pétrole?
    Ce qu’il faut retenir des sommets des Brics et de l’OCS d’Oufa
    Réunions du sommet des BRICS, officielles et informelles
    Tags:
    développement, contre-sanctions, sanctions, commerce, coopération, agriculture, BRICS, Dilma Rousseff, Vladimir Poutine, Brésil, Moscou, Amérique latine, Amérique du Sud, Europe, Occident, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik