International
URL courte
12537
S'abonner

Les objets spatiaux russes uniques ne risquent pas la confiscation lors de l'exposition qui aura lieu en septembre dans la capitale britannique.

Le gouvernement britannique se serait engagé à fournir des garanties importantes contre une éventuelle confiscation des pièces présentées lors de l'exposition russe "Cosmonautes: la naissance de l'ère spatiale", affirme une source diplomatique.

Selon le diplomate, cette démarche vise à assurer la protection juridique desdites pièces, d'autant plus que celles-ci sont uniques en leur genre.

Tout en insistant sur les mesures prises, la source a également souligné que l'organisation de l'exposition et son suivi juridique ne différaient en rien de celles organisées auparavant, et que le Royaume-Uni éviterait sans aucun doute de mettre en jeu sa réputation dans le domaine culturel, en cherchant à confisquer les pièces présentées.

Cependant, d'après un conseiller juridique, les garanties fournies ne couvrent forcément pas les poursuites judiciaires et ne fournissent pas une protection contre tous risques éventuels comme ce fut le cas en 2005, quand le holding suisse NOGA a confisqué une collection de tableaux du Musée des Beaux-Arts Pouchkine. Par ailleurs, «la procédure judiciaire britannique est considérée comme très lente et les pièces exposées quitteraient l'Angleterre avant le début même du procès», a indiqué l'expert.

L'exposition en question se tiendra au Science Museum de Londres du 18 septembre jusqu'au 13 mars 2016 et portera sur le développement de l'astronautique russe tout au long du XXe siècle.

Les visiteurs auront l'occasion de voir de rarissimes pièces liées au programme cosmique de l'URSS gardé pendant plusieurs décennies sous la griffe « top-secret ».

Il est à noter que de nombreux objets, comme les moteurs de missiles, les articles personnels des cosmonautes, des objets portant « des cicatrices spatiales » etc. n'ont jamais franchi la frontière du pays et étaient même inaccessibles pour les Russes.

Lire aussi:

Saisie de biens russes en Europe: Moscou prépare sa riposte
Soyouz-Apollo: début de la collaboration spatiale
USA-URSS: la paix en orbite
«Une catastrophe»: Michel Cymes sur la suspension des activités physiques des enfants pendant la pandémie
Tags:
justice, espace, exposition, Russie, Royaume-Uni, Londres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook