Ecoutez Radio Sputnik
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan

    Turquie: Erdogan juge "impossible" la poursuite du dialogue avec les Kurdes

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    Opération turque contre les Kurdes (67)
    5118

    Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, a déclaré qu'il ne pensait plus possible la poursuite du dialogue avec les Kurdes. Selon lui, ces derniers menacent l'unité nationale de la Turquie en raison d'attaques sur des biens turcs.

    La Turquie a donc envoyé des avions de chasse dans le nord de l'Irak pour effectuer des frappes aériennes contre les troupes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan, ainsi que contre les forces de l'Etat Islamique.

    La semaine dernière, après près d'un an de négociations, la Turquie a finalement permis à la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis d'attaquer l'Etat islamique en utilisant les bases turques. En échange, Ankara a obtenu le droit de choisir quels terroristes d'attaquer. Si d'un côté, le Parti des travailleurs du Kurdistan est dans la liste des organisations terroristes des Etats-Unis, d'un autre côté, les Kurdes restent la force la plus efficace pour lutter contre l'EI.

    Selon l'adjoint du conseiller du président américain chargé de la Sécurité nationale, Ben Rods, les Etats-Unis "se félicitent du fait que la Turquie accroît ses efforts pour lutter contre l'EI. Nous nous rendons compte que nous avons des alliés différents dans le cadre de cette situation. Nous sommes en bonnes relations avec le gouvernement kurde en Irak du nord. Mais les Etats-Unis considèrent que le Parti des travailleurs du Kurdistan est une organisation terroriste, la Turquie a donc le droit de lutter contre les terroristes", a-t-il estimé.

    Du surcroît, la Turquie voudrait créer une zone tampon de 68 kilomètres dans le nord de la Syrie avec le soutien des Etats-Unis, ce qui lui permettrait de frapper les terroristes de l'EI ainsi que les militants kurdes. Mais selon les représentants américains, cette question en est encore au stade de la discussion. Les autorités américaines disent qu'ils demandent à Ankara d'agir avec prudence contre les militants kurdes et considèrent les Kurdes syriens comme un partenaire important pour la lutte contre l'EI.

    Le Parti des travailleurs du Kurdistan, organisation armée se présentant comme un mouvement de guérilla, est en opposition armée avec la Turquie depuis 1984. Depuis lundi dernier, le PKK a multiplié les attaques contre les forces de l'ordre turques, pour riposter, selon lui, à l'attaque de Suruç qui a visé des jeunes militants de gauche proches de la cause kurde.

    Dossier:
    Opération turque contre les Kurdes (67)

    Lire aussi:

    Terrorisme: la Turquie doit cesser de souffler le chaud et le froid
    Attentat-suicide en Turquie: manifestation contre l'EI et le gouvernement
    Turquie: 25 morts dans une explosion dans une ville frontalière avec la Syrie
    «Incroyable échange d’uppercuts»: la réunion Macron-Poutine vue par des personnalités françaises
    Tags:
    base aérienne d'Incirlik, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik