Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    Députés italiens et hongrois attendus en Crimée: Kiev menace de réagir

    © Sputnik. Andrei Iglov
    International
    URL courte
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (181)
    4271261265

    Une délégation de parlementaires italiens et hongrois et plusieurs hommes politiques européens envisagent de se rendre en Crimée, dans le sillage des parlementaires français.

    Crimée
    © Sputnik. Konstantin Chalabov
    L'Ukraine réagira si une autre délégation de parlementaires étrangers se rend en Crimée, a déclaré mercredi à Kiev la porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères Mariana Betsa.

    "Si cette visite a lieu contrairement à la législation ukrainienne et aux normes du droit international, il y aura sans doute une réaction et des conséquences", a indiqué Mme Betsa lors d'un point presse.

    Une dizaine de députés du Mouvement 5 étoiles italiens, le sénateur du parti conservateur Ligue du Nord Sergio Divina et plusieurs autres hommes politiques, ainsi que des députés hongrois, envisagent de se rendre en Crimée.

    Dix députés français ont séjourné les 23 et 24 juillet derniers dans l'ex-péninsule ukrainienne de Crimée, qui est redevenue russe en mars 2014 suite à un référendum. Ils ont rencontré des dirigeants locaux à Yalta, Simferopol et Sébastopol, provoquant l'ire de Kiev. Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a dénoncé un "manque de respect à l'égard de la souveraineté ukrainienne" et a prévenu que ces parlementaires français seraient interdits d'entrée en Ukraine.

    Le parlementaire ukrainien Guéorgui Logvinski (Front populaire) a accusé les députés français d'avoir négocié "avec les occupants" et "violé la frontière ukrainienne" avant de menacer de les traduire en justice.

    Докатались. «Горе»-французам грозит от 5 до 8 лет. По моему обращению в Генеральную прокуратуру Украины уже начата пров…

    Posted by Георгий Логвинский on 28 июля 2015 г.

    "Ils ont trop voyagé. Ces Français risquent de 5 à 8 ans de prison" selon le Code pénal ukrainien, a-t-il déclaré sur Facebook. Le Parquet général d'Ukraine a lancé une enquête suite au séjour de la délégation française en Crimée, sur l'initiative de M.Logvinski.

    Des parlementaires français en Crimée
    © Photo. Site officiel du gouvernement de la Crimée
    La diplomatie française a estimé quant à elle que la visite des parlementaires en Crimée était contraire aux normes du droit international.

    L'analyste politique ukrainien Oleg Soskine est même allé jusqu'à proposer de tirer sur l'ambassade de France à Kiev.

    "Il y a des milliers de Français en Ukraine. S'ils veulent tous avoir des problèmes, ils peuvent encore aller en Crimée. L'ambassade française pourrait alors être attaquée aux lance-grenades ou lance-roquettes. Les gens peuvent prendre le contrôle de cette ambassade. Les gens pourraient ne plus tolérer l'insolence de ces Français qui se permettent de le faire. C'est comme si le groupe Etat islamique occupait la Champagne en France et commençait à y produire du vin mousseux avec les moudjahidines", a déclaré M.Soskine à la chaîne de télévision russe Dojd.

    Les députés français en Crimée
    © Photo. Site officiel du gouvernement de la Crimée
    Les analystes politiques russes sont moins catégoriques que leurs collègues ukrainiens.

    "L'Ukraine est actuellement un Etat policier où une junte contrôle la population au moyen de la censure et de la terreur. Malheureusement, le gouvernement français soutient cette junte au lieu de soutenir le choix libre des habitants de la Crimée et du Donbass. Les autorités françaises sont obligées de censurer les médias pour empêcher que les Français apprennent la vérité. Cette courte visite de parlementaires perce le blocus de l'information, lutte contre la censure. Elle revêt ainsi une grande importance. La vérité, c'est comme de l'eau. Il faut boucher tous les trous. S'il reste un trou, la vérité va passer. Et les Français verront que la plupart des Criméens souhaitent faire partie de la Russie", a indiqué Sergueï Markov, membre de la Chambre civile de Russie, à la chaîne Dojd.

    Selon lui, les menaces de Kiev témoignent d'un manque de liberté en Ukraine. "Je viens de rentrer de Crimée. La Crimée est libre. Nous savons que les chaînes de télévision russes sont interdites en Ukraine qui est un Etat policier. Tandis qu'en Crimée, qui a quitté l'Ukraine, on peut regarder n'importe quelle chaîne ukrainienne. J'y ai regardé les émissions d'actualité ukrainiennes tous les jours", a déclaré M.Markine.

    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (181)

    Lire aussi:

    Réflexions sur la visite d'élus français en Crimée
    Député français: "La Crimée est russe, et alors?"
    Parlementaires français: la Crimée avait droit au référendum
    La délégation française surprise par ce qu'elle découvre en Crimée
    Tags:
    parlementaires, Mouvement 5 étoiles, Ligue du Nord (parti italien), Guéorgui Logvinski, Sergio Divina, Oleg Soskine, Italie, Crimée, Hongrie, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik