Ecoutez Radio Sputnik
    Siège de l'Onu à New-York. Salle des Assemblées générales

    The Guardian: l'Assemblée générale de l'Onu marquée par un "choc des titans"

    © East News. Alessandro Cosmelli
    International
    URL courte
    16523
    S'abonner

    Tant Vladimir Poutine que Barack Obama auront à essuyer beaucoup de reproches de la part de leurs adversaires politiques lors de la session anniversaire de l'Assemblé générale de l'Onu en septembre prochain.

    La 70e session de l'Assemblée générale de l'Onu, qui se tiendra fin septembre, sera un véritable "choc des titans", un forum sans précédent par son intensité, estime le quotidien britannique The Guardian.

    Selon le journal, la liste des participants et le calendrier des interventions sont tels que Barack Obama, Vladimir Poutine, Hassan Rohani, Xi Jinping et François Hollande prendront la parole le même jour en l'espace de quelques heures.

    Les dirigeants américain, russe, iranien, chinois et français "présenteront leur vision du paysage géopolitique au début de notre époque d'incertitude", affirme The Guardian, ajoutant que ce facteur apportera à l'Assemblée générale une sorte de "feu d'artifice rhétorique".

    Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a antérieurement déclaré que la possibilité de participation de Vladimir Poutine à l'Assemblée générale de l'Onu était en cours d'étude.

    D'après le quotidien britannique, si l'arrivée de Vladimir Poutine est confirmée, il se rendra pour la première fois à l'Assemblée générale depuis dix ans. La 70e session sera également la première réunion de ce genre pour Xi Jinping. Elle sera en outre marquée par la première apparition conjointe en public de Barack Obama et d'Hassan Rohani depuis la conclusion de l'accord sur le nucléaire iranien.

    D'après le journal, Vladimir Poutine sera sûrement critiqué par de nombreux membres de l'Onu sur le rattachement de la Crimée à la Russie et sur le conflit dans l'est de l'Ukraine.

    La situation de Barack Obama n'est pas non plus à envier, estime Richard Gowan, expert du centre d’analyses Conseil européen des affaires étrangères (ECFR).

    Barack Obama
    © AP Photo / Pablo Martinez Monsivais
    "Obama se trouvera dans une situation d'autant plus délicate qu'il sera obligé de prendre la parole devant ses deux principaux adversaires géopolitiques. S'il fait l'éloge de la coopération avec l'Iran, les critiques américains de droite diront qu'il a fléchi face à la Chine et à la Russie. S'il adopte une position dure sur l'Ukraine, comme il l'a fait l'année dernière, ou sur la mer de Chine méridionale, Xi et Poutine pourront alors monter à la tribune pour l'accuser de semer la discorde", estime Richard Gowan cité par The Telegraph.

    Le département d'Etat américain cherchera à coordonner la préparation de l'Assemblée générale avec Moscou et Pékin, tandis que la CIA tentera d'obtenir les brouillons des discours des dirigeants russe et chinois, conclut l'analyste britannique.

    Lire aussi:

    Poutine pourrait intervenir à l'Assemblée générale de l'Onu
    Maison blanche: la livraison des S-300 à l’Iran conforme aux résolutions de l’Onu
    La Russie et la Chine renforcent leur unité au sein du CS de l’ONU
    Tags:
    visite, 70e anniversaire de l'Assemblée générale de l'Onu, ONU, François Hollande, Hassan Rohani, Xi Jinping, Vladimir Poutine, Barack Obama, France, Iran, Chine, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik