International
URL courte
649210
S'abonner

Selon le général-major indien à la retraite Ravi Arora, la situation autour de la livraison de chasseurs français Rafale à l'Inde devient de plus en plus compliquée.

Le contrat franco-indien conclu mi-avril prévoyait initialement la fabrication de 18 appareils en France, puis de 108 avions sous licence en Inde dans le cadre d'un transfert de technologies inédit. Le ministère indien de la Défense a renoncé à l'acquisition de chasseurs Rafale suite au refus de Paris de transmettre les technologies à la partie indienne.

En outre, le prix de ces appareils est passé de 12 à 20 milliards de dollars. En juin, le ministre indien de la Défense Manohar Parrikar a annoncé que son pays n'achèterait que 36 exemplaires de l'avion de combat français Rafale, car celui-ci était "beaucoup trop cher".

Dans un commentaire à l'agence Sputnik, M.Arora a rappelé que la France avait initialement accepté de livrer à l'Inde des chasseurs Rafale dans un délai de deux ans pour un prix inférieur à celui de 2012.

"Aujourd'hui, l'affaire semble être compliquée. L'Inde sera contrainte de déployer d'énormes efforts pour s'y retrouver", a indiqué l'ex-militaire.

"A en juger par les déclarations du ministre de la Défense et par les besoins de l'Inde, les nouveaux contrats seront conclus à l'issue de négociations bilatérales. Cela veut dire que des pays tels que la Russie, l'Allemagne et la Suède seront bien placés pour concurrencer" la France, explique l'interlocuteur de l'agence.

"L'Allemagne a déjà proposé à l'Inde ses avions Eurofighter typhoon (…). Pour sa part, la Russie nous propose trois options: accroître ses livraisons de Su-30MKI, livrer des MiG-35 et, ce qui est le plus important, développer conjointement les chasseurs Su-35S", a conclu M.Arora.

D'après Xavier Tytelman, ancien pilote français et président du Centre de Traitement de la Peur de l'Avion, le groupe Dassault aviation n'a pas réussi à atteindre "un niveau de fiabilité pour les constructeurs locaux pour faire construire ses avions en Inde".

"Il est sûr que le fait que la France ne respecte pas totalement sa parole sur les Mistral aura des impacts géopolitiques sur la fourniture d'armements. Un pays qui achète de l'armement attend de pouvoir obtenir son armement quels que soient les enjeux et les événements géopolitiques qu'il puisse rencontrer", indique-t-il.

"Il est aussi tout à fait possible que l'Inde cherche à accélérer la cadence et notamment la production des avions qui sont construits en partenariat avec la Russie qui reste le fournisseur principal de l'armée indienne", estime M.Tytelman.

L'Inde, plus grand importateur mondial d'armes, a besoin de moderniser son armée, actuellement équipée de matériel datant de la période soviétique, notamment de plusieurs escadrons de Mig-21 entrés en service en 1960.

Ces dernières années, l'Inde a lancé un vaste programme de modernisation de sa défense, pour un total d'environ 100 milliards de dollars.

Lire aussi:

Les Rafale en Inde : un contrat qui gêne
Rafale pour l'Inde: l'achat se fera au niveau des gouvernements
L'Inde commande 36 Rafale à la France
Tags:
contrat, avions militaires, modernisation, livraisons, technologies, chasseur, armée, Eurofighter Typhoon (avion), MiG-35, Su-35S, Su-30MKI, Rafale, Manohar Parrikar, Inde, France, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook