International
URL courte
Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)
1224712
S'abonner

319,3 tonnes de produits occidentaux sous embargo ont été détruits le jour de l'entrée en vigueur du décret présidentiel ad hoc.

319,3 tonnes de produits alimentaires occidentaux, dont 290 tonnes de production végétale et 29,3 tonnes de production animale, ont été détruits hier sur le territoire russe.

Selon Rosselhoznadzor (Service fédéral russe de contrôle vétérinaire et phytosanitaire) la production sous embargo détectée ne constitue qu'une infime partie des produits de contrefaçon livrés en Russie sous de faux certificats.

Au total, près de 407 tonnes de produits sous embargo ont été découverts par les services concernés, qui n'ont toutefois pas réussi à détruire l'ensemble des articles en un seul jour.

La première série de produits sanctionnés a été détruite dans la région de Belgorod (ouest) où près de 10 tonnes de fromage ont été écrasées et par la suite enterrées dans une fosse. Les produits avaient vraisemblablement été exportés d'Europe via le territoire ukrainien.

Selon Rosselhoznadzor, la veille, 40 tonnes de pêches et de nectarines ont été détruites à Saint-Pétersbourg. A en croire les certificats, les fruits avaient été exportés du Maroc. Pourtant, les services concernés du Maroc n'ont pas confirmé cette information.

Un important lot de produits illégaux a été détecté dans la région de Smolensk- 250 tonnes de pêches, de nectarines, de cerises et d'autres produits exportés sous de faux certificats y ont été saisis. Une partie a déjà été détruite, le reste le sera aujourd'hui.

Dans la région de l'Altaï, les services ont intercepté des pommes hollandaises, des kiwis italiens ainsi que des tomates et des pommes polonaises. Près de 20 tonnes de fromage letton ont été détruites dans la région d'Orenbourg.

Le décret du président stipule qu'à partir du 6 août, les produits alimentaires sous embargo en provenance des pays ayant introduit des sanctions antirusses doivent être détruits par le Service fédéral des douanes de Russie, Rosselhoznadzor et Rospotrebnadzor à la frontière russe par tous les moyens autorisés par le droit de l'environnement.

La mesure, destinée à protéger les consommateurs russes des produits d'origine douteuse et l'économie des dégâts provoqués par les exportations illégales, a été soutenue par plusieurs responsables russes.

Ainsi, le ministre russe de l'Agriculture Alexandre Tkatchev a déclaré que cette décision était conforme aux pratiques internationales de lutte contre la contrefaçon.

En outre, M.Tkatchev estime que si cette mesure est remplacée par la distribution des produits aux couches vulnérables de la population, cela provoquera de la corruption dans les organes de pouvoir locaux.

Pourtant, des voix hostiles à cette mesure se sont fait entendre au sein de la société civile russe. Une pétition a été même lancée sur Internet afin d'empêcher la destruction des produits alimentaires. Selon les auteurs de la pétition, ces produits pourraient être remis aux pauvres ainsi qu'aux victimes des conflits armés ou de catastrophes naturelles.

Actuellement, plus de 200.000 personnes ont signé le document.

Face à l'augmentation du nombre de supporteurs de la pétition, Dmitri Peskov, porte-parole du président russe, a déclaré qu'elle serait présentée à Vladimir Poutine après vérification de l'authenticité des signatures.

"Nous vous assurons que nous prenons cela en compte et nous le transmettons aux instances d'experts concernés", a-t-il fait remarquer.

Dans le même temps, il a rajouté que malgré tout, le flux de biens interdits est un grave problème. A cet égard, l'objectif du gouvernement est de bloquer ce flux afin de protéger la santé des citoyens russes et l'économie du pays, a souligné Dmitri Peskov.

"Si au final on trouve un autre moyen d'atteindre ces objectifs — on peut effectivement en parler", a déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine.

 

Dossier:
Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)

Lire aussi:

Les agriculteurs allemands durement touchés par l'embargo russe
Embargo russe: plus d'un milliard d'euros de pertes pour l'Italie
Embargo russe: les agriculteurs européens ont perdu 5,5 mds EUR
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Tags:
destruction, fromages, pommes, nourriture, embargo, contre-sanctions, sanctions, Rospotrebnadzor, Dmitri Peskov, Alexandre Tkatchev, Vladimir Poutine, Lettonie, Pays-Bas, Saint-Pétersbourg, Maroc, Pologne, Ukraine, Russie, Occident, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook