Ecoutez Radio Sputnik
    le caviar

    Les sanctions contribuent à populariser le "Made in Russia"

    © RIA Novosti . Dmitry Korobeinikov
    International
    URL courte
    31833

    L'embargo alimentaire décrété par le gouvernement russe il y a un an a donné le feu vert aux producteurs russes et a mis à l’honneur le slogan "Fabriqué en Russie", correspondant au nouveau sentiment patriotique répandu parmi la population.

    Après avoir étudié les marchés et les magasins russes, le spécialiste de la Russie et chercheur de l'Université américaine de Moscou Gilbert Doctorow a abouti à la conclusion que les consommateurs russes avaient pris goût aux produits nationaux et que le sentiment patriotique planait dans la société.

    "Ce qui se passe dans la société n'est pas seulement une orientation imposée par le gouvernement et les autorités russes vers la substitution des importations, c'est un changement de l'attitude et de l'humeur des citoyens: ils revendiquent leur estime et leur fierté d'eux-mêmes, leur enthousiasme visant à acheter des produits russes", a déclaré Gilbert Doctorow dans une interview accordée à Sputnik.

    Selon l'expert, la production russe rivalisera bientôt avec les produits de l'UE sur les marchés d'exportation mondiaux. En outre, plusieurs produits nationaux ont conservé leurs prix en roubles, les rendant 40% moins chers que des produits analogues en provenance d'Europe.

    A titre d'exemple, il cite le secteur du poisson. Ainsi, la dorade et le loup de mer, élevés en Grèce, ont disparu des rayons des marchés russes et sont actuellement remplacés par les poissons d'origine locale, notamment le corégone, très apprécié en Finlande. En outre, il faut y ajouter le crabe royal, le caviar, l'esturgeon fumé, la starlette et l'anguille qui sont légalement disponibles non seulement dans les magasins de la capitale, mais en province également.
    Quant à la viande, aux fruits et légumes, ces produits sont aussi fournis par les régions russes, notamment par la Crimée ou Rostov-sur-le-Don, ou par les pays frontaliers de la Russie, tels que —l'Azerbaïdjan, la Turquie et l'Ouzbékistan. Bien que les prix de ces produits soient élevés, leur aspect est excellent.

    "Compte tenu de la qualité des produits que j'ai dégustés, je peux dire avec certitude que les maîtres russes ont élevé le niveau de leur offre afin d'égaler voire de dépasser les produits étrangers. Maintenant, l'inscription "Fabriqué en Russie" est devenu une source de fierté pour les consommateurs russes, et pas un motif de honte comme auparavant", estime Gilbert Doctorow.

    Selon l'expert américain, la demande a poussé à l'avant-garde du marché les producteurs capables d'offrir de la nourriture de classe mondiale à des prix abordables.

    "La confrontation avec la Russie au sujet de l'Ukraine et des sanctions imposées pourrait bien finir par coûter à l'Europe beaucoup plus cher que ce qu'elle a déjà perdu pour l'instant. En outre, ce conflit peut déboucher sur la résurrection d'une superpuissance dans le marché de l'alimentation, qui ferait concurrence à l'UE sur les marchés mondiaux d'exportation", indique Gilbert Doctorow.

    Moscou a décrété un embargo sur certains produits alimentaires en provenance des Etats-Unis, de l'UE, du Canada, de l'Australie et de la Norvège en représailles aux sanctions occidentales contre la Russie. La liste de ces denrées a été publiée le 7 août 2014.

    Fin juin 2015, l'embargo sur les denrées provenant des pays visés par les contre-sanctions russes a été prorogé jusqu'au 5 août 2016.

    Le 29 juin, le président Vladimir Poutine a signé un décret enjoignant aux autorités compétentes de détruire à la frontière les denrées alimentaires acheminés vers la Russie en violation de cet embargo.

    Lire aussi:

    Embargo russe: pétition citoyenne pour distribuer les aliments aux pauvres
    Les agriculteurs allemands durement touchés par l'embargo russe
    Embargo russe: plus d'un milliard d'euros de pertes pour l'Italie
    Tags:
    embargo, importations, Union européenne (UE), Gilbert Doctorow, Crimée, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik