International
URL courte
141160
S'abonner

Le Pentagone s'applique à persuader la Maison Blanche de la "menace russe", en espérant ainsi ouvrir la voie aux livraisons d'armes américaines en Ukraine, écrit le Daily Beast.

La question de la "menace russe" a mis à jour les divergences entre la Maison Blanche et le Pentagone sur la réaction à adopter face aux défis à la sécurité nationale des Etats-Unis, constate l'édition en ligne The Daily Beast.

"Alors que la Maison Blanche est concentrée sur l'accord avec l'Iran, devenu possible grâce à la participation de Moscou, les militaires américains se préoccupent de plus en plus du retour de l'ours russe", lit-on dans l'article. 

Les hauts gradés américains proclament la Russie "principale menace" pour générer des livraisons d'armes à Kiev et s'assurer ainsi les budgets voulus, ainsi que des ressources matérielles et personnelles afin de "contrer cette menace". 

Or, la Maison Blanche ne croît pas que la Russie représente une menace pour l'existence des Etats-Unis et ne partage pas la ligne de confrontation et de pression sur Moscou, choisie par bon nombre de généraux américains.

Ainsi, le général Joseph Dunford, nommé récemment au poste de chef d'état-major interarmées, le plus haut poste militaire américain, a affirmé que la Russie représentait la plus grave menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis. Le général Paul Selva, commandant en chef de l'US Air Force, et le général Mark Milley se sont prononcés dans le même sens. Le commandant en chef des forces alliées en Europe Philip M.Breedlove considère également la Russie comme l'unique pays capable d'anéantir les Etats-Unis.

Quoi qu'il en soit, la Maison Blanche a tenu à souligner que les propos tenus par le général Dunford ne reflétaient que son point de vue personnel, et ne correspondaient pas avec celui des conseillers pour la sécurité nationale de l'administration américaine.

Pour ce qui des Américains, un sondage de la CNN montre qu'ils placent les djihadistes de l'Etat islamique en première position parmi les menaces pour leur sécurité. Viennent ensuite l'Iran, la Corée du Nord et, enfin, la Russie.

Lire aussi:

Débats des républicains US: "menace russe" et Ukraine au menu
« Menace russe » : on cherche midi à quatorze heures ?
Incident nucléaire à Taishan: coup dur pour l’EPR made in France, en concurrence avec les USA
«Pédocriminel!»: Jack Lang insulté à Montpellier – vidéo
Tags:
présidence américaine, Pentagone, Mark Milley, Paul Selva, Joseph Dunford, Philip Breedlove, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook