International
URL courte
1131
S'abonner

La police macédonienne a interpellé, jeudi, neuf personnes dans le cadre d'une opération antiterroriste lancée dans le pays contre l'Etat islamique, a rapporté l'agence Associated Press.

Parmi les personnes arrêtées se trouve Rexhep Memishi, imam d'une mosquée de Skopje, la capitale macédonienne, soupçonné d'être le leader d'un groupe recrutant des candidats au djihad désireux de se rendre en Syrie et en Irak.

Dans une interview accordée à l'agence Sputnik, le chef de la Communauté islamique de Macédoine, Sulejman Redzepi, a précisé que la majorité des musulmans du pays ont une image négative de l'EI. Il a également précisé que l'opération de police ne dérangeait pas les musulmans de Macédoine, car des opérations identiques avaient été menées dans les pays voisins.

Ce coup de filet a été mené dans les villes de Skopje, Kumanovo, Tetovo, Gostivar et Struga. La police a perquisitionné 25 maisons, une mosquée, un cyber-café et les bureaux de deux organisations musulmanes à but non lucratif opérant en Macédoine et a confisqué des ordinateurs, des portables et de l'argent.

La police est encore à la recherche de 27 suspects, dont 20 personnes qui séjournent en Syrie. Les lieux de résidence des 7 autres personnes ne sont pas encore déterminés, a rapporté le porte-parole des forces de l'ordre, Ivo Kotevski cité par l'agence Associated Press.

Selon le ministère macédonien de l'Intérieur, près de 130 citoyens combattent pour l'Etat islamique en Syrie. Comme il n'y a pas de camps de formation des militants de Daesh en Macédoine, le recrutement se produit à travers les réseaux sociaux.

Lire aussi:

Etat islamique: Téhéran et Ankara pourraient faire front commun
Lutte contre l'EI: le plan de Poutine est le seul possible
Turquie: 251 interpellations lors d’un coup de filet antiterroriste
Deux patrouilleurs français envoyés au large de Jersey
Tags:
interpellation, djihadisme, Etat islamique, Sulejman Redzepi, Macédoine du Nord, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook