International
URL courte
Résiliation du contrat Mistral (128)
521265
S'abonner

Ni l'Egypte, ni l'Arabie saoudite n'ont besoin de Mistral, car ces navires de guerre sont conçus pour conduire des opérations militaires loin des frontières, a déclaré un consultant de l'Académie militaire égyptienne, le général Mahmoud Khalaf.

"J'ai été énormément surpris par cette information parue dans les médias. Il est difficile de s'imaginer que l'Egypte mènerait des opérations militaires là où on aurait besoin de porte-hélicoptères. Sur les côtes de la mer rouge ou de la mer méditerranée il y a des pays arabes, c'est pourquoi l'Egypte et l'Arabie saoudite n'ont pas besoin de navires pareils dans ces plans d'eau", a expliqué l'expert militaire égyptien.

"On ne vend pas des armes pour rien, le type des armes achetés par le pays dépend toujours des régions ou la conduite des opérations militaires est possible mais aussi des sources d'une menace potentielle. C'est pourquoi il est certain que ni l'Egypte, ni l'Arabie saoudite ne seront les repreneurs des Mistral", a-t-il ajouté.

Sevastopol (L) and the Vladivostok warships, two Mistral class LHD amphibious vessels ordered by Russia from STX France in Saint-Nazaire, western France, on December 20, 2014
© AFP 2020 Jean-Sebastien Evrard
Le président russe Vladimir Poutine et son homologue français François Hollande ont décidé le 5 août de rompre le contrat passé le 17 juin 2011. La France a déjà remboursé en catimini l'argent versé dans le cadre du contrat pourtant la somme exacte n'a pas été annoncée, elle a également restitué le matériel et les équipements russes. Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a aussi affirmé que le montant de la somme versée par la France à Moscou était inférieur au prix d’achat initial de 1,2 milliard d'euros.

Après cela, les médias français ont commencé à reprendre tous la même idée que l'Egypte et l'Arabie saoudite "sont prêtes à tout pour acheter les deux navires". La Canada, l'Inde et Singapour ont été également cités comme acheteurs potentiels.

Pourtant, selon les experts les autorités françaises créent une frénésie artificielle autour des Mistral pour adoucir une vaque de critiques vis-à-vis du président français.

Dossier:
Résiliation du contrat Mistral (128)

Lire aussi:

Au-delà des Mistral, un gigantesque gâchis
Mistral: enfin le point final
Mistral: la Russie remboursée
Mistral: Paris annonce la rupture du contrat
Tags:
porte-hélicoptères, navires, Mistral, Arabie Saoudite, Egypte, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook