Ecoutez Radio Sputnik
    Londres

    Guardian: non, le Royaume-Uni n'est pas l’eldorado des migrants

    © Flickr / Dan Forest
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    245
    S'abonner

    Dans un article publié par The Guardian, le journaliste britannique Owen Jones brise l'illusion selon laquelle le Royaume-Uni serait un paradis pour les migrants. Selon lui, cette réputation imméritée, créée par les médias, est basée sur trois mythes.

    Mythe 1: "Tous les migrants veulent déménager dans les pays développés".

    Selon M. Jones, en réalité, 86% des migrants restent dans les pays en voie de développement. Un quart des réfugiés viennent de Syrie et 95% d'entre eux emménagent dans les pays voisins. La Turquie a accueilli 1,6 million de migrants alors que son PIB est quatre fois inférieur à celui du Royaume-Uni. Le Liban, avec moins de 4,5 millions d'habitants, a accueilli 1,5 million de réfugiés.

    De cette façon, des pays ayant beaucoup moins de ressources que le Royaume-Uni acceptent beaucoup plus de migrants.

    Mythe 2: "Le Royaume-Uni est plus généreux par rapport aux migrants, raison pour laquelle ils souhaitent quitter Calais à tout prix pour gagner les côtes britanniques".

    En vérité, le Royaume-Uni a les mêmes restrictions de travail pour les migrants que la France. Mais les prix du logement sont moins élevés à Paris qu'à Londres. Les demandeurs d'asile ont accès au système de santé public et à l'éducation pour les enfants en France comme au Royaume-Uni.

    Même parmi les pays développés, le Royaume-Uni est loin d'être le plus hospitalier pour les migrants. Cette année, le pays n'a accueilli que 143 réfugiés originaires de Syrie. L'année passée, Londres n'a délivré que 10.050 réponses positives à des demandes d'asile. Par comparaison, ce chiffre atteint 30.650 en Suède, 12.550 au Pays-Bas, 14.815 en France, 40.650 en Allemagne, 20.580 en Italie et 15.410 en Suisse.

    Mythe 3: "Le Royaume-Uni est un aimant pour les réfugiés".

    En réalité, les migrants qui aspirent à vivre en Grande-Bretagne ne sont qu'une infime proportion de tous les réfugiés. Généralement, il s'agit de ceux dont les amis ou les proches sont déjà là.

    M. Jones souligne que pour trouver une bonne solution à la crise migratoire en Europe, il être conscient des malentendus existant autour de ce problème.

    "Il faut arrêter de flatter le mythe selon lequel la Grande-Bretagne est un paradis pour les réfugiés. Elle ne l'est pas", conclu l'éditorialiste.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    Eurotunnel: le problème des migrants reste toujours à résoudre
    Ex-président tchèque: les migrants n'ont pas besoin d'aide
    Crise des migrants, trafic paralysé: Calais sous haute pression
    Quand Merkel fait pleurer une petite réfugiée palestinienne
    Tags:
    réfugiés, crise migratoire, migrants, The Guardian, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik