Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants: renforts de CRS à Calais

    Migrants: Dunkerque un deuxième Calais?

    © AFP 2019 Philippe Huguen
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    18130
    S'abonner

    Les autorités françaises ont décidé de renforcer la présence policière dans la ville de Dunkerque, située au bord de La Manche. Un groupe de britannique est soupçonné d'aider les immigrés, qui se trouvent dans la ville, à atteindre les côtes du Royaume-Uni, selon le journal Times.

    Paris a peur que Dunkerque devienne un deuxième Calais car toutes les conditions sont réunies pour que les migrants passent en Angleterre. Actuellement, 200 réfugiés d'Irak, de Syrie, du Vietnam et d'Iran se trouvent à Dunkerque.

    Ceux qui souhaitent aller en Grande-Bretagne sont transportés par ferrys dans des automobiles et des camions immatriculés au Royaume-Uni. Les migrants paient 1.500 euros pour le trajet.

    Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a déclaré que le flux des migrants du Proche-Orient et d'Afrique menace de "saborder le niveau de vie et les structures sociales de l'Union européenne". "Nous devons résoudre ce problème en envoyant dans leurs pays d'origine ceux qui n'ont pas le droit d'obtenir le statut de réfugier. C'est notre tâche numéro un", a-t-il déclaré, lors d'une interview de la BBC.

    Les autorités britanniques s'apprêtent à contrôler les employeurs des entreprises afin de repérer les clandestins. Le service des migrations contrôlera en priorité des sociétés de construction ainsi que des entreprises qui fournissent les femmes de ménage.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    Maire adjoint de Calais: l'aide de l'UE pour les migrants ne sert à rien!
    Migrants de Calais: un point chaud au bord d'une mer froide
    Guardian: non, le Royaume-Uni n'est pas l’eldorado des migrants
    Drame des migrants: un eurodéputé exige un nouveau sommet d'urgence
    Tags:
    migrants, Philip Hammond, Calais, Dunkerque, Royaume-Uni, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik