Ecoutez Radio Sputnik
    John Kerry

    Kerry explique le lien entre nucléaire iranien et conflit ukrainien

    © AP Photo / Molly Riley
    International
    URL courte
    7314

    L'UE pourrait cesser de soutenir Washington sur le dossier ukrainien et le dollar risque de perdre son statut de monnaie de réserve si les Etats-Unis renoncent à l'accord avec l'Iran, a annoncé John Kerry.

    Le renoncement des Etats-Unis à l’accord avec l'Iran sur le nucléaire pourrait mettre fin au soutien apporté par l'Union européenne et d’autres partenaires étrangers à la position de Washington sur le conflit ukrainien, et faire peser une menace sur le dollar, a déclaré le secrétaire de l'Etat américain John Kerry cité par les médias internationaux.

    D'après M.Kerry, si les Etats-Unis se détournent de l’accord sur le nucléaire iranien, leurs alliés européens considéreront une telle initiative comme un signal permettant de "lâcher l'Ukraine, dossier sur lequel ils expriment déjà de grands doutes".

    En outre, d'après Reuters, le secrétaire de l'Etat a indiqué que si l'accord avec l'Iran était rejeté, l'influence du dollar américain diminuerait. Selon lui, plusieurs pays veulent bouleverser le système financier contemporain, au premier rang desquels la Russie et la Chine.

    Les Etats-Unis, la Chine, la France, le Royaume-Uni, la Russie, l'Allemagne et l'Iran ont atteint l'accord sur le programme nucléaire de Téhéran le 14 juillet à Vienne. L'accord rend quasi impossible la fabrication d'une bombe atomique par Téhéran pendant plusieurs années en échange d'une levée progressive et réversible des sanctions internationales qui étranglent son économie.

    Cependant, aux Etats-Unis, l'opposition à l'accord chez les républicains est élevé (44% mi-juillet contre 30% trois mois auparavant) alors que le nombre de républicains soutenant l'accord est tombé durant la même période de 31% à 27%, note un sondage de l'agence Reuters. Le soutien des démocrates (le parti du président américain) reste stable à 50%.

    Le président américain pourrait avoir bien du mal à convaincre le Congrès, dominé par les républicains, afin de mettre l’accord en œuvre.

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: pour Kerry, Pékin et Moscou ne sont pas des "alliés"
    Nucléaire iranien: une rencontre entre Kerry et Zarif "positive"
    Nucléaire iranien: Kerry et Zarif entament des négociations à Vienne
    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Tags:
    accord iranien, nucléaire, Union européenne (UE), John Kerry, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik