Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats tchèques

    La Tchéquie prête à mobiliser 2.600 soldats pour se protéger des migrants

    CC0 / U.S. Army Europe Images / Czech army training at JMRC
    International
    URL courte
    Crise migratoire (787)
    11243

    La République tchèque envisage de renforcer la protection de ses frontières nationales afin de faire face à l'immigration clandestine.

    En cas d'aggravation de la situation en matière d'immigration clandestine, la République tchèque pourrait envoyer 2.600 militaires protéger ses frontières contre un afflux de migrants, a annoncé mercredi la chaîne de télévision Česká televize.

    "Cette question est du ressort de l'état-major général. Des documents sont déjà préparés pour le gouvernement. Des informations supplémentaires seront fournies après une réunion du cabinet des ministres consacrée à ce problème", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense Jiri Caletka.

    Début août, le président tchèque Milos Zeman avait fait savoir que l'armée pourrait envoyer si nécessaire 1.500 soldats et officiers pour protéger les frontières du pays.

    Mardi dernier, le chef de l'Etat a tenu au château de Lány, sa résidence secondaire, des consultations sur l'immigration clandestine avec les présidents des deux chambres du parlement,  Milan Stech et Jan Hamacek. A l'issue de cette rencontre, il a été annoncé que M. Hamacek avait proposé de renforcer la protection des frontières, notamment "en y organisant des exercices militaires non prévus d'avance".

    Les forces armées tchèques comptent actuellement près de 21.000 hommes.

    Dossier:
    Crise migratoire (787)

    Lire aussi:

    Politique d'immigration: l'Allemagne s'enflamme
    Immigration: l'UE répartira 40.000 demandeurs d’asile en deux ans
    L'immigration divise l'Europe
    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Tags:
    frontière, armée, immigration clandestine, Milos Zeman, République tchèque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik