Ecoutez Radio Sputnik
    La Pologne déplore n'être qu'une zone tampon pour l'Otan

    La Pologne déplore n'être qu'une "zone tampon" pour l'Otan

    © AP Photo / Alik Keplicz
    International
    URL courte
    28842

    Le président polonais Andrzej Duda est mécontent de voir l'Otan considérer la Pologne comme une "zone tampon" et non comme un flanc est de l'Alliance.

    L'Otan ne considère la Pologne que comme une "zone tampon" entre l'Alliance et la Russie et pas comme un membre à part entière, a déclaré le nouveau président polonais Andrzej Duda dans une interview au quotidien Financial Times.

    "Nous ne voulons pas être une zone tampon. Nous voulons être un véritable flanc est de l'Alliance", a indiqué M. Duda.

    Il a en outre accusé l'Otan de ne pas pouvoir pratiquer la politique qu'elle avait elle-même annoncée et de ne pas déployer des bases militaires le long des frontières orientales de l'Alliance.

    "Si la Pologne et d'autres pays d'Europe centrale constituent un véritable flanc de l'Otan, il me semble naturel et logique que les bases militaires soient mises en place dans ces pays", a ajouté le chef de l'Etat polonais.

    Andrzej Duda a été investi à la présidence de la Pologne le 6 août, après avoir triomphé du président sortant Bronislaw Komorowski au deuxième tour de l'élection présidentielle anticipée le 24 mai dernier.

    Selon M. Duda, vu la gravité de la situation géopolitique en Europe de l'Est, la Pologne souhaite que sa sécurité soit mieux garantie et que l'Otan renforce sa présence sur le territoire du pays.

    Le dirigeant polonais espère obtenir des garanties supplémentaires lors du prochain sommet de l'Otan qui aura lieu en juillet 2016 à Varsovie.

    Lire aussi:

    Missiles US pour la Pologne: l'Otan envoie un signal à Moscou
    Pologne: Duda souhaite renforcer le rôle du président en politique extérieure
    Pologne: le conservateur Andrzej Duda investi président
    Tags:
    base militaire, OTAN, Andrzej Duda, Pologne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik