Ecoutez Radio Sputnik
    Shinzo Abe

    Crimes de guerre du Japon: Shinzo Abe s’excuse, mais relativise

    © REUTERS/ Toru Hanai
    International
    URL courte
    298990

    Le premier ministre nippon Shinzo Abe exprime des "excuses" pour les victimes du Japon pendant la guerre, mais relativise la responsabilité du pays et appelle à ne pas faire porter aux générations futures la culpabilité d'un conflit qu'elles n'ont pas vécu.

    Lors d'une conférence de presse à Tokyo, consacrée au 70e anniversaire de la capitulation du Japon dans la Seconde Guerre mondiale, commémoré le 15 août, le premier ministre du pays Shinzo Abe a présenté des excuses pour les actes du Japon pendant cette guerre. 

    "Le Japon a à maintes reprises exprimé ses sentiments de remords profonds et ses excuses sincères pour ses actes pendant la guerre", a déclaré M.Abe, en appelant toutefois à ne pas faire porter aux générations futures de Japonais la culpabilité d'un conflit qu'ils n'ont pas vécu.

    Et d'ajouter que son pays s'était depuis la fin du conflit "constamment consacré à la paix et à la prospérité dans la région", sans oublier les souffrances des peuples d'Asie.  

    M.Abe a souligné que la menace de recours à la force ou l'usage de la force ne devait plus jamais servir à régler les conflits internationaux.

    "A l’occasion du 70e anniversaire de la fin de la guerre, je m'incline profondément devant les âmes de tous ceux qui ont péri tant dans notre pays qu'à l'étranger. J'exprime mes sentiments de profonde peine et mes condoléances éternelles et sincères", a-t-il dit. 

    Le contenu de cette déclaration du premier ministre japonais était très attendu par les voisins asiatiques de l'archipel qui ont souffert du militarisme et du colonialisme japonais, ainsi que des exactions de l'armée impériale pendant la première moitié du 20e siècle. L'expansion militaire du Japon entre 1910 et 1945 continue à empoisonner ses relations avec la Chine et la Corée du Sud.

    L'attitude du Japon est très différente de celle de l'Allemagne. Alors que l'Allemagne lutte contre le nationalisme et le racisme de façon radicale, le Japon nie et relativise généralement ses responsabilités pour défendre son identité nationale. 

    Pendant les décennies qui ont suivi la guerre, le Japon n'a pas reconnu sa responsabilité particulière et est allé jusqu'à modifier les contenus des manuels scolaires, transformant son agression en "guerre pour libérer l'Asie de l'Est", posant le Japon en victime de la guerre.  

    Qui plus est, certains politiciens japonais se rendent en pèlerinage au sanctuaire Yasukumi et encouragent ainsi la renaissance du militarisme. En 2014, le gouvernement Abe a fait voter au parlement japonais la révision de l'article 9 de la Constitution japonaise. Une révision qui accorde au Japon le droit à l'autodéfense collective, en lui permettant de renforcer son armée et d'envoyer à l'étranger des forces militaires.

    Lire aussi:

    Les Etats-Unis poussent le Japon à réviser le bilan de la Seconde guerre mondiale
    Le "droit à la guerre" du Japon préoccupe Séoul et Pékin
    Le Japon sur le sentier de la guerre?
    Tags:
    capitulation, militarisme, Seconde Guerre mondiale, Shinzo Abe, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik