Ecoutez Radio Sputnik
    Sur les lieux des explosions à Tianjin

    Explosions de Tianjin: le bilan s'alourdit, les causes se précisent

    © REUTERS/ Jason Lee
    International
    URL courte
    22935

    Alors que le bilan humain de la catastrophe de Tianjin s'alourdit, l'origine des explosions se confirme.

    Selon les médias, les militaires chinois ont recueilli sur le site du cyanure d'hydrogène. Plusieurs centaines de tonnes de ce gaz inflammable et toxique étaient stockées dans les 45.000 m² de l'entrepôt de matières chimiques dangereuses sous forme solide.

    A l'heure actuelle, on recense 112 morts dans la tragédie qui s'est produite dans la nuit du 12 au 13 août, tandis que 95 autres personnes, dont 85 pompiers, sont toujours portées disparues.

    Samedi soir, l'agence Chine nouvelle (Xinhua) a rapporté que 722 personnes se trouvaient toujours dans les hôpitaux suite à la catastrophe, dont 58 dans un état critique. Au moins 21 pompiers figurent parmi les victimes.

    Les médias indiquent que dans les premières heures suivant les explosions les pompiers utilisaient de l'eau pour combattre les flammes, ce qui a débouché sur de nouvelles explosions dans l'entrepôt et d'importantes pertes parmi les employés des services de secours.

    Environ 6.000 résidents locaux dont les maisons ont été endommagées par les déflagrations ont été logés dans des écoles.

    Ce weekend, les autorités chinoises ont pour la première fois confirmé la présence de cyanure en grandes quantités dans l'entrepôt de Tianjin. D'après les estimations préliminaires, plusieurs centaines de tonnes de cette substance extrêmement toxique y étaient entreposées.

    Une équipe de plus de 200 spécialistes des armes nucléaires, bactériologiques et chimiques est arrivée sur les lieux pour mener des opérations de nettoiement alors que la catastrophe nourrit les craintes de contamination dans la ville avec une population de 15 millions d'habitants.

    Les autorités ne cessent de rassurer la population tout en bloquant la diffusion des informations "non vérifiées" concernant la catastrophe. Ainsi, 360 pages dans les réseaux sociaux et une cinquantaine de sites ont été suspendus pour avoir "diffusé des rumeurs" sur la tragédie.

    Lire aussi:

    Chine: plus de 40 morts dans de puissantes explosions à Tianjin
    Moscou répond aux accusations d’un ex-général syrien à l’encontre de son gouvernement
    Poutine: deux versions possibles sur l'attaque chimique en Syrie
    Tags:
    matières toxiques, décontamination, destruction, pompiers, pollution, censure, explosion, victimes, Tianjin, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik