International
URL courte
7211
S'abonner

L'ultimatum présenté par Pyongyang a Séoul expirera ce samedi à 8h30 GMT.

La Corée du Nord a envoyé vendredi une deuxième lettre au président du Conseil de sécurité de l’Onu afin d’obtenir la tenue d’une réunion consacrée à la situation sur la péninsule.

La mission nord-coréenne auprès de l’organisation a tenu vendredi un briefing pour les journalistes. Le vice-représentant nord-coréen auprès de l’Onu a confirmé l’ordre donné aux troupes de se mettre en alerte et de se tenir prêtes au combat, si le 22 août à 17h (8h30 GMT) la Corée du sud ne met pas fin à sa "campagne de guerre psychologique et n’arrête pas ses haut-parleurs" diffusant de la propagande.

Selon le diplomate, la péninsule de Corée est "au bord de la guerre", une situation provoquée par les "provocations délibérées des Etats-Unis et de la Corée du Sud". "Aujourd’hui en deuxième moitié de journée, nous avons demandé au président du Conseil de sécurité de soumettre immédiatement ces questions à l’examen du CS", a-t-il indiqué.

Jeudi, la Corée du Sud a tiré des dizaines d’obus en territoire nord-coréen après avoir détecté des tirs d’artillerie à partir de la Corée du Nord à travers la frontière fortement militarisée qui divise la péninsule. Pyongyang a par la suite adressé un ultimatum de 48 heures à Séoul pour démanteler ses haut-parleurs diffusant des messages de propagande à la frontière, faute de quoi la Corée du Sud s’exposerait à des actions militaires.

Lire aussi:

La Corée du Nord met les troupes en état d'alerte renforcée
Ni guerre, ni paix: 70 ans de tensions sur la péninsule de Corée
Les États-Unis procèdent à une frappe en Syrie
Un «nouveau variant» du drapeau tricolore? Une bourde commise pendant les annonces de Castex ne passe pas inaperçue
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook