International
URL courte
Crise migratoire (789)
5417
S'abonner

Après avoir reçu des SOS provenant de 18 embarcations à la dérive en Méditerranée, au large des côtes libyennes, les garde-côtes italiens ont lancé une opération visant à secourir jusqu'à 3.000 migrants en détresse.

Au moins sept bâtiments — six italiens et un norvégien — participent samedi à une vaste opération de secours des migrants se trouvant à bord de 14 bateaux pneumatiques et quatre autres embarcations, comptant au total entre 2.000 et 3.000 personnes, rapportent les médias. 

L'opération a été lancée par les autorités italiennes qui ont reçu des signaux de détresse provenant de 18 embarcations à la dérive en Méditerranée, au large de la Libye. 

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 104.000 migrants d'Afrique, du Proche-Orient et d'Asie du Sud ont atteint les ports d'Italie méridionale depuis le début de cette année après avoir été secourus en Méditerranée. Quelque 135.000 autres sont arrivés en Grèce et plus de 2.300 sont morts en mer après avoir tenté de rallier l'Europe grâce à des passeurs.  

L'opération Triton, censée soutenir l'Italie face à l'afflux de migrants par voie maritime, a débuté le 1er novembre 2014. 21 pays membres de l'Union européenne y participent. Réunis en sommet extraordinaire le 23 avril dernier, les dirigeants européens ont décidé de tripler le budget de cette opération de secours et de recherche, en le portant de 3 à 10 millions d'euros par mois et ont promis de la doter de moyens techniques supplémentaires, y compris de navires, d'hélicoptères et d'avions.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Méditerranée: plus de 2.000 décès de migrants cette année
Méditerranée: un millier de migrants sauvés en un seul jour
Migrants: l'UE a lancé son opération navale contre les passeurs en Méditerranée (officiel)
Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
Tags:
Organisation internationale pour les migrations (OIM), Méditerranée, Libye, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook