Ecoutez Radio Sputnik
    Protestations anti-migrants à Heidenau

    Allemagne: Merkel dénonce les "violences abjectes" à l'égard des migrants

    © REUTERS / Axel Schmidt
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    12415
    S'abonner

    La chancelière Angela Merkel a condamné les violences xénophobes commises le weekend dernier dans l'est de l’Allemagne.

    Entre vendredi et dimanche, des affrontements ont opposé à Heidenau (Saxe) les forces de l'ordre et les manifestants d'extrême droite protestant contre l'ouverture d'un centre d'accueil de réfugiés. Une trentaine de policiers ont été blessés dans les heurts.

    "La manière dont des extrémistes de droite et des néonazis cherchent à diffuser leur message creux de haine est abjecte. Ceux qui agissent comme les agresseurs de Heidenau se placent hors la loi", a déclaré le porte-parole de Mme Merkel.

    Le vice-chancelier fédéral Sigmar Gabriel s'est rendu lundi à Heidenau pour assurer que son pays "ne cédera pas un millimètre face à cette meute radicale de droite".

    L'Allemagne est actuellement confrontée à un afflux sans précédent de demandeurs d'asile et s'apprête à accueillir 800.000 réfugiés en 2015, soit quatre fois plus que l’année dernière.

    Au total, au cours des sept premiers mois de l'année en cours, 340.000 migrants sont arrivés dans l'Union européenne, contre 123.000 sur la même période de 2014, selon les données recueillies lors de l'opération Triton dont le mandat consiste à surveiller les frontières de l'UE.

    Réunis lundi à Berlin, Angela Merkel et le président français François Hollande ont demandé à l'Europe une réponse "unifiée" à la crise des réfugiés.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    Migrants: un "automne arabe" arrive en Europe occidentale
    Face aux migrants, l'Europe en panique
    Migrants: réunion de ministres européens à Paris mi-octobre
    Tags:
    xénophobie, néonazisme, protestations, émeutes, violences, réfugiés, crise migratoire, migrants, François Hollande, Sigmar Gabriel, Angela Merkel, Saxe, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik