Ecoutez Radio Sputnik
    Le destroyer américain USS Donald Cook

    Sea Breeze 2015: des matériels US porteurs d'armes nucléaires en mer Noire

    U.S. Navy photo by Photographer's Mate 1st Class Michael W. Pendergrass. (RELEASED)
    International
    URL courte
    176402691

    L'Alliance se prépare à de nouveaux exercices en mer Noire peu après la fin des plus importantes manœuvres des parachutistes de l'Otan en Roumanie, qui ont engagé les soldats américains, italiens et espagnols.

    Le destroyer USS Donald Cook et un avion Lockheed P-3C Orion capables de porter des armes nucléaires participeront aux exercices de l'Otan Sea Breeze 2015 qui débutent lundi en mer Noire. 

    L'USS Donald Cook est doté de missiles Aegis capables d'intercepter tous les missiles balistiques, ainsi que de missiles de croisière Tomahawk qui sont parfois équipés d'ogives nucléaires. Les avions de patrouille maritime Lockheed P-3C Orion sont conçus pour des opérations de reconnaissance et peuvent aussi emporter des bombes nucléaires.

    Les exercices se tiendront du 31 août au 12 septembre dans un secteur long de 400 kilomètres, au large de l'Ukraine. Ils engagent 2.500 militaires dont un millier d'Américains, 500 soldats d'autres pays de l'Alliance et leurs partenaires (Allemagne, Bulgarie, Grèce, Italie, Moldavie, Roumanie, Royaume-Uni, Suède, Turquie) et 1.000 marins ukrainiens.

    Les manœuvres seront consacrées aux missions d'interception, à la lutte contre les sous-marins et les petits navires, ainsi qu'à la recherche et au sauvetage en mer.

    Les exercices navals Sea Breeze sont destinés à améliorer la coopération entre la Marine ukrainienne et les forces navales de l'Otan.


    Lire aussi:

    Un navire de reconnaissance français entre en mer Noire
    Le destroyer américain Ross entre en mer Noire
    Un destroyer américain fait route vers la mer Noire
    Tags:
    militaires, exercices navals, USS Donald Cook (destroyer), Aegis, Sea Breeze 2015, OTAN, Ukraine, mer Noire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik