Ecoutez Radio Sputnik
    la ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop

    Crise migratoire: l'Australie appelle l'Europe à bombarder les positions de Daesh

    © AFP 2019 MARK GRAHAM
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    13129

    L'Australie a appelé lundi les pays européens à participer aux frappes aériennes contre l'Etat islamique en Syrie et en Irak afin de résoudre la crise des migrants qui frappe le continent.

    "Les pays limitrophes de la Syrie et de l'Irak, la Jordanie, le Liban et autres subissent la plus grosse part du fardeau représenté par des millions de personnes qui arrivent sur leur territoire et partent ensuite vers l'Europe. C'est pourquoi je pense que les Européens devraient s'impliquer dans les frappes aériennes de la coalition en Syrie et en Irak", a déclaré la ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, dans une interview accordée au quotidien The Australian.

    Selon Mme Bishop, "certains pays peuvent en faire davantage en termes de frappes aériennes. Celles-ci se sont révélées efficaces pour empêcher l'EI de gagner du terrain et d'infliger tant de violence barbare".

    En mars dernier, le premier ministre australien Tony Abbott avait annoncé l'envoi de 300 soldats supplémentaires en Irak pour une mission de formation des militaires irakiens qui luttent contre les djihadistes de l'EI, en précisant que l'Australie répondait à une demande officielle de Washington. L'année dernière, l'Australie avait déjà envoyé 600 soldats en Irak, dont 400 experts de l'aviation militaire et 200 militaires de subdivisions spéciales.

    La coalition menée par Washington regroupe une soixantaine de pays, dont une douzaine participe aux frappes. Les Etats-Unis bombardent l'Irak depuis le 8 août 2014. En septembre, ils ont été rejoints par la France, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l'Australie, la Belgique, le Canada, le Danemark. La Syrie est bombardée depuis le 23 septembre 2014 avec l'aide de pays arabes (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Jordanie, Qatar).

    Selon les défenseurs des droits de l'homme, les frappes aériennes font des victimes parmi les civils.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Frappes contre l’EI: une ONG évoque des centaines de civils tués
    Obama reconnaît l'inefficacité des frappes contre l'EI
    Belgique: trop de migrants pour 82% des habitants du pays
    Un joueur de rugby demande la nationalité française à Macron, voici la réponse du Président (vidéo)
    Tags:
    migrants, frappe aérienne, Etat islamique, Tony Abbott, Julie Bishop, États-Unis, Irak, Syrie, Europe, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik