Ecoutez Radio Sputnik
    La Suède va-t-elle rejoindre l'OTAN?

    La Suède va-t-elle rejoindre l'OTAN?

    © Flickr/ Magnus Fröderberg
    International
    URL courte
    35957
    S'abonner

    Le Parti du Centre suédois qui avait une attitude sceptique envers l’Organisation du traité de l'atlantique nord (OTAN), a changé d'opinion. Les dirigeants du parti estiment que la Suède devrait plutôt rejoindre l’alliance atlantique pour des raisons de sécurité.

    La décision d'adhérer à l'OTAN aujourd'hui semble complètement surréaliste pour la Suède, qui a refusé de rejoindre l'alliance à l'époque de sa création, en 1949, quand le monde était divisé en deux camps rivaux.

    "Nous craignons que la pseudo-liberté des alliances quelconques menace notre sécurité, plutôt qu'elle la renforce", ont déclaré les responsables du Parti du Centre suédois cités par l'édition Svenska Dagbladet.

    Le journal souligne également que, selon les dirigeants du parti, la Suède est déjà engagée dans une collaboration étendue avec l'OTAN, mais ne possède pas la défense qu'une participation à l'alliance pourrait lui donner. De plus, le Parti du Centre veut lancer l'initiative d'une adhésion de la Suède à l'OTAN conjointement avec le pays voisin, la Finlande.

    La Finlande, pour sa part, n'est pas encore arrivée à une décision finale concernant l'adhésion à l'OTAN. Lors de sa visite en Suède, juin dernier, le premier ministre finlandais Juha Sipila a déclaré que son pays ne prévoyait pas d'adhérer à l'alliance atlantique.

    Les hommes politiques suédois semblent être entraînés dans une paranoïa autour des problèmes de sécurité en Europe, notamment liés aux relations avec la Russie. Le Parti du Centre est donc persuadé que le monde actuel est plus dangereux que celui de 1949.

    Lire aussi:

    Combustible nucléaire: une entreprise suédoise lance un défi à la Russie
    La Suède pourrait enterrer des déchets nucléaires d’autres pays
    Suède: la popularité de l'extrême-droite en hausse suite à l'afflux de migrants
    La Suède peut abandonner plusieurs chefs d'accusation contre Assange
    Tags:
    sécurité, alliance, OTAN, Finlande, Suède
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik