International
URL courte
5314
S'abonner

Les citoyens de nombreuses villes américaines sont obligés de vivre dans un contexte de la hausse de criminalité, après des années de baisse, ont constaté les pouvoirs locaux.

Le gouvernement des Etats-Unis n'a pas encore publié de chiffres précis pour 2015, mais certaines villes ont rendu publiques quelques statistiques, indiquant que dans au moins 30 villes américaines, le taux de criminalité a récemment montré une dynamique ascendante troublante.

Les experts ont du mal à préciser ce qui a entraîné cette tendance.

La densité de criminalité la plus élevée a été enregistrée à Milwaukee (état de Wisconsin): ici, la quantité de meurtres a accru de 76%, depuis le début de 2015 jusqu'aujourd'hui.

Milwaukee est suivie par Saint Louis (Missouri), ayant subi une hausse de 60%, et ensuite par Baltimore (Maryland), où les meurtres ont augmenté de 56%. Washington a signalé une hausse de 44%.

Les New-Yorkais, eux-aussi, ne se sentent plus protégés. La criminalité dans la grande pomme a flambé de 20% en 2015, comparativement à l'année passée. Le maire de New York, Bill de Blasio, a exprimé son espoir que les forces d'ordre réussissent à contrer ce fléau.

La faute à Fergusson?

Certains experts considèrent cette tendance comme un "effet Fergusson", qui a débouché sur une multiplication des mouvements anti-policiers aux Etats-Unis. Les forces de l'ordre se sont retrouvées plusieurs fois au cœur de scandales et doivent désormais se comporter avec plus de prudence, ce qui leur empêche d'effectuer leur travail.

Le résultat? Les délinquants déambulent insolemment dans les rues.

D'autres experts estiment pourtant que cette hypothèse ne pourrait expliquer la flambée de la criminalité que dans certaines villes des Etats Unis. Selon eux, l'augmentation du nombre de propriétaires d'armes à feu est la seule raison pour laquelle la délinquance croît à un rythme exponentiel.

De fait, de plus en plus de jeunes, appartenant souvent à des gangs de rue, choisissent une arme à feu comme moyen de gérer leurs problèmes.

La mort de Michael Brown, afro-américain de 18 ans, en août 2014, a entraîné des vagues de violences et des troubles raciaux à Fergusson, peuplée essentiellement par les Afro-américains.

Lire aussi:

USA: le meurtre d'un Noir par la police suscite des manifestations de colère
USA: en pleines émeutes, la police abat un autre Afro-américain
USA: 14 adolescents tués par la police depuis la mort de Michael Brown
Moins de 50% des Américains ont confiance dans la police
Tags:
criminalité, crimes, Ferguson, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook