Ecoutez Radio Sputnik
    La ville de Jamnitz

    République tchèque: un concours d'histoire tourne au scandale

    © Wikipedia/ Jitka Erbenová
    International
    URL courte
    5318

    La participation de l’équipe nommée Hitlerjugend Jamnitz de l’école maternelle de la ville de Jamnitz, à un concours d'histoire éducatif dans le château Trebic (République tchèque), a suscité un tollé, lit-on dans le journal régional IDNES.

    L'équipe Hitlerjugend Jamnitz

    Les médias locaux et le site de l'école ont annoncé la victoire de l'équipe composée de six élèves qui a été l'une des gagnantes du concours d'histoire.

    "L'équipe Hitlerjugend Jamnitz a été nommée la plus sympathique de la compétition, et, en même temps, elle a remporté la troisième place, avec 157 points", avait annoncé le site de l'école.

    Frontière. Image d'illustration
    © Sputnik. Michail Voskresenskij

    Le directeur de l'école Zdenek Hirt n'a vu rien du mal dans le nom de l'équipe.

    "Le sujet du concours était la Seconde Guerre mondiale, et l'une des épreuves était la présentation de l'équipe dans les costumes de l'époque. Tout le monde ne peut pas être des maquisards et des soldats américains", a expliqué M.Hirt.

    Selon le directeur, les écoliers ont reçu des rubans avec des signes nazis juste avant la présentation, et ils ne les ont utilisé que pendant leur démonstration lors de la compétition. M.Hirt a ajouté que le comportement des écoliers ne posait pas de questions.

    Pourtant, peu après l'interview de M.Hirt, l'école à Jamnitz a retiré de son site l'article qui exprimait l'attitude positive envers l'équipe, ainsi que toutes les photos correspondantes.

    L'attitude des organisateurs de la compétition et du maire

    Les organisateurs du concours n'ont pas vu non plus de problème avec le nom de l'équipe.

    "C'est vrai que sur le moment, quand l'école nous l'a envoyé (le nom, ndlr), nous avons réfléchi quelque temps s'il fallait la limiter (l'initiative, ndlr) d'une façon quelconque. Puis nous avons décidé qu'il ne fallait pas. Simplement parce que la demande est remise par l'enseignante qui, bien sûr, en parle avec les enfants", a indiqué le représentant du Muzeum Vysociny Trebic, Michal Zabrs, organisateur de la compétition.

    Selon M.Zabrs, la présentation de l'équipe était excellente, et c'était une raison supplémentaire pour ne pas considérer son nom et ses costumes comme un problème.

    Le maire de Jamnitz, Miroslav Nevecny, a exprimé la volonté d'entendre la position du directeur de l'école sur cette histoire avec l'équipe.

    "D'un côté, je comprends que cela pouvait toucher quelqu'un, je ne le nie pas, mais d'autre côté, il faut se rappeler des choses négatives également. Hitlerjugend fait partie de l'époque. Si on explique aux enfants le rôle terrible de cette organisation, alors je ne vois rien de mal là-dedans", a indiqué le maire.

    Le scandale provoqué, reflet de l'air du temps?

    L'inspection scolaire de la République tchèque a déjà déclaré qu'elle examinerait cette affaire. "Dès que nous recevrons toute l'information nécessaire, nous rendrons publique notre évaluation", a indiqué l'inspecteur adjoint Ondrej Andrys.

    Cependant, la situation politique et sociale actuelle en République tchèque, notamment la crise des migrants, remet sur le devant de la scène les questions de cohabitation de personnes d'origines différentes.

    "Les idées xénophobes existent en Europe, ainsi que des hommes politiques qui sont prêts à les utiliser dans leur intérêt. Le sujet est discuté à la télé et dans la presse de façon permanente", estime Jiri Vyvadil, ex-sénateur et député, juge de la Cour suprême administrative de la République tchèque, dans un entretien pour Sputnik.

    Selon lui, il est probable que la rhétorique fasciste soit utilisée dans certains pays européens, dans un contexte de crise des migrants. M.Vyvadil estime que les comportements néonazis existent également en République tchèque.

    Lire aussi:

    Un vice-premier ministre tchèque veut "fermer" l'espace Schengen
    République tchèque: afflux massif de migrants ukrainiens et albanais
    Célébrations de la fin de la 2GM à Pékin: le président tchèque répondra présent
    République tchèque: manifestation anti-migrants et sortie de l'UE
    Tags:
    fascisme, xénophobie, scandale, école, histoire, République tchèque, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik