International
URL courte
2127
S'abonner

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a proposé aux ministres de la Défense de l'UE de passer à la deuxième phase de la mission navale de lutte contre le trafic de migrants en mer Méditerranée.

Migrants
© AFP 2020 SCANPIX DENMARK / SOEREN BIDSTRUP
Lors d'une réunion des ministres européens de la Défense à Luxembourg, le jeudi 3 septembre, Federica Mogherini a annoncé le démarrage de "la phase 2" de la mission, baptisée EU Navfor Med, qui a été lancée le 18 mai et est pleinement opérationnelle depuis le 27 juillet.

Alors que la phase 1 consistait à rassembler des informations et à analyser les activités des trafiquants, la nouvelle phase consiste à lutter activement contre le trafic de migrants en haute mer. En particulier, cette deuxième phase prévoit que les navires de guerre européens arraisonnent, fouillent, saisissent et déroutent les navires suspectés de servir aux passeurs.

En cas de feu vert politique au lancement de la phase 2, l'Union européenne devra encore trouver des moyens militaires supplémentaires (des navires et des avions de patrouille maritime) qui lui permettront de faire face à l'afflux de migrants débarquant en masse en Europe.

Selon le commandant d'EU Navfor Med, l'amiral Enrico Credendino, cette phase plus offensive pourrait débuter d'ici le 1er octobre.

Ensuite, la phase 3 permettra la destruction des "navires et des actifs connexes, de préférence avant utilisation, au plus près des côtes libyennes, et d'appréhender les trafiquants et les contrebandiers" en "pleine conformité avec le droit international, dont le droit humanitaire et des réfugiés ainsi que les droits humains", selon une déclaration publiée en juin par les ministres des Affaires étrangères des 28.

Entre-temps, les décisions des pays membres génèrent encore des différends. Ainsi, le président turc Recep Tayyip Erdogan les a accusés d'avoir transformé la Méditerranée en "un cimetière de migrants".

Cette réaction a été provoquée par la mort du petit réfugié syrien Aylan Kurdi, âgé de trois ans, dont la photo a été récemment diffusée sur les réseaux sociaux, ce qui a suscité une véritable onde de choc. Les proches du garçon sont aussi morts dans le naufrage.

"Les pays européens qui ont transformé la Méditerranée en un cimetière de migrants partagent la responsabilité de chaque réfugié mort", a martelé jeudi M. Erdogan.

Depuis que la crise migratoire ne quitte pas la une des journaux partout dans le monde, le chef de l'Etat turc dénonce systématiquement le refus des pays européens d'accueillir plus de réfugiés syriens.

"Ce ne sont pas seulement les migrants qui se noient dans la Méditerranée, mais aussi notre humanité", a déclaré M. Erdogan.

La Turquie, pour sa part, poursuit une politique dite de "porte ouverte". "Nous n'avons pas abandonné les gens qui fuyaient les bombes car nous sommes humains", a affirmé M. Erdogan.

Selon les dernières estimations, le pays a accueilli pour le moment environ deux millions de réfugiés.

Lire aussi:

Pape François: les crimes contre les migrants offensent l’humanité entière
Crise migratoire
Migrants: l'UE a lancé son opération navale contre les passeurs en Méditerranée (officiel)
Méditerranée: 55 migrants retrouvés morts
Tags:
crise migratoire, réunion, migrants, Union européenne (UE), Federica Mogherini, Recep Tayyip Erdogan, Luxembourg, Turquie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook